Blogue

SEO

Les 13 KPI essentiels à suivre pour son SEO

Un KPI, pour Key Performance Indicator, est un indicateur de performance qui permet de mesurer l’efficacité des actions mises en place. En SEO, les KPI servent à calculer la rentabilité d’actions mises en place, comme la publication de nouveaux contenus ou l’optimisation du maillage interne.

Dialekta vous propose de découvrir les 13 KPI essentiels qui permettent de suivre son SEO sans s’y perdre.

En effet, il existe des dizaines et des dizaines de KPI tous aussi différents les uns des autres. Chez Dialekta, nous prenons le parti de n’utiliser que les KPI essentiels. Pour faciliter la tâche de nos clients et leur permettre d’économiser en temps et en argent, nous leur proposons des rapports de performances mensuels personnalisés accompagnés de commentaires d’experts.

Les 13 KPI SEO essentiels pour sa stratégie de référencement naturel, triés en 5 catégories :

Les KPI SEO qui permettent de mesurer la quantité du trafic

Obtenir du trafic organique des moteurs de recherche est la raison même du SEO. Notre agence de marketing de performance vous propose de suivre 3 KPI essentiels pour mesurer la quantité de trafic organique.

Les sessions et les utilisateurs organiques

En installant des outils d’analyse de données tels que Google Analytics, vous pourrez suivre le nombre d’utilisateurs qui visitent votre site et le nombre de sessions qu’ils effectuent.

Définition

Une session, c’est un groupe d’interactions effectuées par un utilisateur. Par exemple, en visitant le site de Dialekta, vous comptez comme un utilisateur qui a effectué une session. Si vous revenez visiter notre site demain, vous compterez comme un utilisateur qui a effectué 2 sessions.

Google Analytics permet de trier vos utilisateurs par source de trafic. Ainsi, en suivant ce KPI, vous serez en mesure de connaître le nombre de personnes qui se retrouvent sur votre site en étant passé par des résultats de moteurs de recherche.

Utilisateurs et sessions Analytics

Avantages

Google Analytics est un outil qui permet de récolter de nombreuses données sur vos visiteurs. Vous pourrez, par exemple, regarder combien de personnes qui habitent en île-de-France et qui utilisent un smartphone iOS vous ont trouvé via la recherche organique, et voir si ces personnes restent plus ou moins longtemps que des utilisateurs Android…  

Inconvénients

Si votre site est conforme aux normes RGPD, vous pourrez suivre ces données uniquement si vos visiteurs acceptent vos cookies. Il n’est malheureusement pas possible de suivre 100% du trafic.

Outil

Google Analytics (gratuit)

Les impressions, les clics et le taux de clic (CTR)

Le deuxième outil qui est indispensable pour le référencement naturel est la Google Search Console. Cet outil permet de suivre les performances de votre site sur les différents produits Google (recherche, images, actualités, discover, …). Des outils similaires existent pour d’autres moteurs de recherche, comme la Bing Webmaster Tools par exemple.

Sur cet outil, vous pouvez suivre le nombre d’impressions et de clics générés à partir des pages de résultats de Google (appelées SERP), mais aussi votre taux de clic et votre position moyenne.

Vous pouvez suivre vos performances par rapport à des requêtes, à des pages de votre site, et aussi selon les pays, les appareils ou selon comment votre site est apparu (résultats enrichis, résultats vidéos, …).

Définition

Une impression est comptabilisée dès que le lien vers votre contenu est affiché sur une page de résultats. Pour Google, à partir du moment où votre lien apparaît sur une SERP, une impression sera comptabilisée, même si le lien en question n’est pas vu par l’utilisateur car il se trouve en dessous de sa ligne de flottaison.

Un clic est comptabilisé dès qu’un utilisateur clique sur le lien de votre site.

Par exemple, si nous recherchons “agence CRO” sur Google, notre action va générer une impression pour Dialekta car le site se situe en première position. En cliquant sur le résultat, une impression et un clic seront attribués.

Le troisième élément important à regarder que Google met à disposition est le CTR, le taux de clic par impression. Cependant, ce CTR va énormément varier en fonction de comment Google va gérer sa SERP.

En règle générale, un CTR bas malgré une bonne position signifie que le Title ou la Meta Description de votre page ne sont pas assez optimisés. Cependant, cette règle va dépendre de nombreux facteurs.

En effet, pour certaines requêtes, le site en première position ne va même pas apparaître au-dessus de la ligne de flottaison ! Le CTR risque d’être très faible car le site générera de nombreuses impressions pour très peu de clics.

Voici un exemple pour la requête “comment faire des cupcakes” (ligne de flottaison en rouge pointillé) :

SERP cupcakes

Même en effectuant notre recherche sur une tablette, le site classé en première position n’est pas visible. Nous voyons d’abord des “résultats enrichis” présentant des résultats “recettes”, puis “vidéos” et ensuite “autres questions posées”. Si vous souhaitez apparaître sur des résultats enrichis, nos experts SEO peuvent vous aider à optimiser vos données structurées.

Impressions clics CTR GSC

Avantages

Les cookies utilisés pour récolter ces données sont ceux de Google. Ainsi, les données sont plus proches de la réalité que celles de Google Analytics. De plus, la Search Console permet de gérer à peu près tout ce que Google voit de votre site (vos backlinks, votre couverture dans l’index, l’expérience des robots d’indexation, …).

Inconvénients

Comme nous avons pu en faire la démonstration, les KPI SEO que fournit la Search Console ne sont pas à prendre au pied de la lettre. Il est important de bien suivre les bons indicateurs et ne pas hésiter à les étudier au cas par cas.

Outils

Google Search Console (gratuit)

Le suivi du positionnement des mots-clés

Suivre la position de son site sur des mots-clés recherchés par les internautes permet de se donner une idée des performances SEO. 

Définition

Ce KPI consiste simplement à regarder la position de son site web sur une requête. Cela peut être suivi sur la Search Console ou sur des plateformes de suivi payantes telles que Semrush ou Ubersuggest.

Avec ces plateformes, il est intéressant de regarder sur quels mots-clés votre site se positionne et sur lesquels il ne se positionne pas. Suivre ces indicateurs permet également de détecter des opportunités de nouveaux contenus.

Cependant, il faut garder à l’esprit que Google personnalise de plus en plus les résultats en fonction des utilisateurs, de sa localisation, de ses habitudes et des sites qu’il consulte.

Évolution mots-clés Semrush

Avantages

Ce KPI SEO permet de se donner une idée globale de son positionnement sur les moteurs de recherche.

Inconvénients

Certains indicateurs proposés par les plateformes payantes peuvent induire en erreur quant aux résultats réels d’un site sur un moteur de recherche. En effet, ces outils se basent sur des algorithmes et des méthodes de calcul, et non sur des chiffres réels.

Outils

Google Search Console (gratuit), Semrush, Ubersuggest, Monitorank, … (payants)

La part de trafic marque/pas de marque

Une marque qui existe depuis plusieurs années et qui est connue du grand public obtiendra facilement du trafic SEO car beaucoup d’utilisateurs effectuent des recherches types [produit] + [marque] (exemple : [marketing] + [Dialekta]). Naturellement, les premiers résultats qui ressortiront seront ceux de la marque en question.

Définition

Mesurer le trafic lié au nom de marque permet de savoir si vos visiteurs trouvent votre site en recherchant votre marque, ou s’ils trouvent votre site en recherchant votre activité.

Les marques en question voient souvent cet indicateur comme quelque chose d’encourageant, là où chez Dialekta nous voyons une menace réelle.

En effet, établir une stratégie SEO uniquement liée au nom de la marque revient à ne compter que sur notre popularité, généralement liée à nos campagnes publicitaires à l’instant T. Si une marque est en période de promotion, les utilisateurs qui voient ou entendent la marque en continue là recherchent sur Google. Lorsque la période de promotion est terminée, une chute vertigineuse des KPI SEO est constamment enregistrée.

C’est pourquoi il est très important d’établir une stratégie “non-marque”, qui consiste à se positionner sur des mots-clés qui ne sont pas liés à notre nom de marque, comme les requêtes liées à l’activité. Ainsi, nous sommes certains d’acquérir du trafic qualifié de manière constante et de ne pas dépendre uniquement de notre notoriété.

Trafic marque - non-marque

Avantages

Ce KPI permet de s’assurer que la stratégie de référencement est efficace et ne représente pas un danger. Au contraire, si notre trafic “marque” est largement supérieur au “not-marque”, alors une stratégie SEO doit être mise en place au plus vite avec une agence compétente. Notre agence SEO peut alors se charger de cette stratégie SEO à votre place.

Inconvénients

Aucun.

Outils

Google Search Console (gratuit), Semrush (payant)

Les KPI SEO qui permettent de mesurer la qualité de son contenu

Obtenir du trafic est la première étape de la stratégie de référencement naturel. L’objectif est ensuite de s’assurer que vos visiteurs trouvent ce qu’ils recherchent sur votre site. 3 KPI très visuels permettent de mesurer la qualité de son contenu.

Le taux de rebond

Le taux de rebond est un indicateur qui peut être suivi via Google Analytics.

Définition

Le taux de rebond, c’est un pourcentage de toutes les sessions au cours desquelles les utilisateurs n’ont pas effectué d’action sur votre page comme un clic sur un lien ou l’envoi d’un formulaire.  Un rebond est aussi comptabilisé si la session a duré 0 seconde.

Si votre page a un taux de rebond élevé, cela peut signifier que vous manquez d’appels à l’action ou que votre maillage interne n’est pas optimisé. Il n’y a pas de bon ou de mauvais taux de rebond à proprement parler. Celui-ci va surtout dépendre en fonction de votre source de trafic et du type de contenu.

Il peut être intéressant de mesurer votre taux de rebond en fonction des objectifs de chaque page. Par exemple, un article de blog sur une requête courte traine très recherchée aura comme objectif de générer un maximum de trafic peu qualifié. Le taux de rebond sera naturellement élevé. En revanche, une landing page établie pour une requête longue traîne peu recherchée doit vous permettre de générer un maximum de conversions, et donc d’avoir un faible taux de rebond.

En SEO, si un utilisateur tombe sur votre contenu, c’est qu’il a effectué une recherche pour tomber dessus. Autrement dit, votre utilisateur est déjà intéressé par ce que vous proposez. Vous pourrez utiliser votre taux de rebond à titre indicatif et établir des stratégies pour que ce dernier soit le plus faible possible.

Taux de rebond Analytics

Avantages

Calculer le taux de rebond permet de mesurer efficacement la performance des pages à objectif de conversion.

Inconvénients

Pour calculer efficacement le taux de rebond, plusieurs paramètres sont à prendre en compte. Un trafic SEO sera naturellement plus qualifié qu’un trafic social, une landing page convertira plus qu’un article de blog, …

Outils

Google Analytics (gratuit)

La durée de visite des utilisateurs

Un KPI SEO étroitement lié au taux de rebond est la durée de visite des utilisateurs. 

Définition

Ce KPI, c’est tout simplement le temps moyen passé sur votre contenu. Là encore, il va falloir regarder la durée de visite en fonction des sources de trafic et des types de pages.

En effet, un article de blog d’une centaine de mots aura naturellement une durée de visite plus faible qu’un article d’au moins 1000 mots.

Temps passé Analytics

Avantages

Mesurer le temps de visite des utilisateurs est un KPI permet de se rendre compte de la qualité de ses contenus.

Inconvénients

Mesurer le temps de visite global n’a que peu de sens, car chaque utilisateur parcourt une page comme il le souhaite. Cet indicateur doit être suivi pour les pages que vous estimez être les plus importantes de votre site.

Outils

Google Analytics (gratuit)

Le nombre de pages vues par visite

Cet indicateur SEO est lui aussi lié au taux de rebond. Celui-ci dépendra de vos objectifs d’affaires et des objectifs de vos pages. 

Définition

Ce KPI SEO est présenté sous forme d’une moyenne de pages visitées par session. Cet indicateur est intéressant à suivre selon vos objectifs et de la nature de votre site.

Par exemple, pour un site qui se rémunère à l’impression de publicité, son objectif est que le visiteur parcourt le plus de pages possible. Pour une landing page qui sert à vendre un service, l’objectif est que le visiteur puisse tout faire sur la même page, à savoir obtenir l’information et convertir.

Avantages

Mesurer le nombre de pages visitées permet de suivre des objectifs précis.

Inconvénients

Cet indicateur varie énormément en fonction des sites.

Outils

Google Analytics (gratuit)

Les KPI SEO qui permettent de mesurer le ROI

Maintenant que le trafic est acquis, et qu’on est conscient de la qualité de notre contenu, il est important d’étudier des KPI liés au retour sur investissement des actions SEO. Nous vous proposons de suivre 2 indicateurs, là aussi très visuels.

Le taux de conversion

Que ce soit pour un site ecommerce ou pour un site vitrine, il est important de mesurer son taux de conversion. Cela permet de connaître l’efficacité des actions mises en place.

Définition

Le taux de conversion, c’est le pourcentage d’utilisateurs qui effectuent une action relative à l’objectif du site internet. Cela dépend donc de ce que vous appelez une conversion. Cela peut être un ajout au panier, une vente, une adhésion à votre newsletter, une demande de contact, …

Avoir un site internet qui est très bien positionné sur les moteurs de recherche mais qui ne convertit pas revient à perdre de l’argent, car les efforts ne sont pas récompensés. C’est pourquoi Dialekta propose un service dédié à l’optimisation du taux de conversion.

Avantages

Le taux de conversion est un excellent moyen de connaître le rapport argent investi/argent gagné, et de connaître l’efficacité de ses actions.

Inconvénients

Par défaut, Analytics, ou autres plateformes de récolte de données, ne sait pas ce que vous appelez une conversion. Un paramétrage parfois périlleux est souvent nécessaire. Heureusement, votre agence SEO Dialekta vous propose de configurer vos outils à votre place.

Outils

Google Analytics (gratuit)

Le coût par clic SEO

Pour calculer le retour sur investissement du SEO, Dialekta vous propose de le calculer de la même façon qu’une campagne SEA.

Définition

Pour calculer le CPC SEO, il suffit de diviser le coût de votre mandat SEO par le nombre de visites supplémentaires que cela a généré.

Par exemple, vous avez un site internet qui génère 10 000 visites organiques par an. Vous souscrivez à un mandat SEO chez Dialekta qui vous coûte 10 000€ à l’année (soit environ 833€ par mois). Grâce à ce mandat, vous générez 30 000 visites organiques à l’année. Vous avez donc généré 20 000 nouvelles visites organiques.

En divisant le coût du mandat par le nombre de visites supplémentaires, nous obtenons un CPC SEO de 0,50€.

Avantages

Ce KPI permet de mesurer efficacement le retour sur investissement des actions mises en place. Contrairement à une campagne SEA par exemple, votre site continuera de générer des visites organiques même après que la campagne soit terminée.

Chez Dialekta, nous faisons toujours en sorte que le CPC SEO soit le plus bas possible pour nos clients.

Inconvénients

Aucun.

Outils

Google Search Console (gratuit)

Les KPI SEO qui permettent de mesurer la santé d’un site internet

Google a tendance à avantager les sites performants qui ne présentent aucun bloquant et sont rapides à charger. 2 indicateurs faciles à analyser donnent une idée globale de l’état de santé de son site web.

La couverture d’indexation des pages

Google propose un onglet dédié à la couverture de son site web directement dans la Search Console.

Définition

Analyser sa couverture d’indexation permet de voir si Google détecte des erreurs, décide d’exclure certaines pages de son index ou si toutes vos pages sont bien référencées dans votre fichier sitemap.xml.

Ainsi, il est possible de régler les éventuels bloquants comme des erreurs 404 ou des erreurs serveurs (5xx), un mauvais balisage canonique ou encore du contenu dupliqué.

Couverture GSC

Avantages

Ce KPI est très utile pour les webmasters ou les référenceurs, car il permet de suivre l’état de santé du site en direct sans devoir passer par des crawls manuels.

Inconvénients

Certaines tâches peuvent sembler fastidieuses, ou ne peuvent simplement pas être comprises de tous. C’est pourquoi nous vous recommandons de vous rapprocher de votre agence de référencement Dialekta pour être certains de ne pas engendrer de nouveaux problèmes.

Outils

Google Search Console (gratuit)

Le temps de chargement du site

Dans son algorithme de positionnement, Google accorde une grande importance au temps de chargement des pages. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles l’entreprise a soutenu le projet AMP qui consiste à proposer des pages qui se chargent quasi-instantanément.

Définition

Il est important de proposer un site qui se charge le plus rapidement possible afin d’entrer dans les critères de performances de Google. Des plateformes telles que Google Pagespeed Insight permettent de comprendre quelles sont les performances de son site web et comment les améliorer.

Des plateformes plus complètes comme Pingdom Website Speed Test permettent de savoir quel type d’élément ralenti le chargement de sa page (images trop lourdes, code mal optimisé, …).

Performances PSI

Avantages

Il existe des optimisations faciles à mettre en place pour améliorer son temps de chargement.

Inconvénients

Une fois les optimisations mises en place et le respect des bonnes pratiques, il n’existe plus tellement de moyens d’optimiser son temps de chargement. En effet, il est difficile d’optimiser le code d’un site une fois que ce dernier est en ligne. Mettre en place des optimisations telles qu’un cache peut demander l’intervention de développeurs.

Outils

Pagespeed Insight, Pingdom Website Speed Test, GTmetrix, … (gratuits)

Les KPI SEO qui permettent de mesurer la popularité de son domaine

Plus un domaine est populaire auprès de Google, plus ce dernier aura de la “facilité” à se positionner sur des requêtes. Grossièrement, plus un site a de liens entrants de qualité, plus il gagne en popularité. Étudier la popularité de son site est un bon moyen pour connaître la confiance que Google lui accorde.

L’autorité de domaine

Il existe de très nombreux outils pour calculer la force d’un domaine. 

Définition

Un des indicateurs les plus simples est le Domain Authority de Moz. Le Domain Authority est un score qui prédit la probabilité qu’un site web soit classé parmi les meilleures positions en fonction du nombre et de la qualité des liens entrants. Plus le Domain Authority est proche de 100, plus le site a de chance de se positionner parmi les premiers résultats sur Google. Moz propose une extension Chrome gratuite qui permet de voir le Domain Authority du site sur lequel on navigue.

D’autres outils proposent d’autres indicateurs qui veulent à peu près dire la même chose. Il reste important de notifier que ces KPI SEO ne sont pas des indicateurs de Google. Il faut surtout les utiliser à titre indicatif.

DA Moz

Avantages

Ces indicateurs permettent de se donner une idée concrète de la puissance de son domaine. Plus les chiffres sont proches de 100, au mieux votre SEO off-site se porte

Inconvénients

Ces indicateurs restent à prendre en compte avec du recul, car il s’agit de KPI fournis par des outils externes aux moteurs de recherche.

Outils

Moz (Ubersuggest permet également de voir le DA Moz), Ahrefs, Semrush (freemiums)

Savoir quels sites web pointent vers le votre est un bon indicateur de la confiance que Google peut lui accorder.

Définition

Un domaine référent, c’est un domaine qui a un ou plusieurs liens vers votre site. Un backlink, c’est un lien d’une page d’un site externe vers votre site. Si un site internet crée 3 liens vers votre site, alors vous aurez un domaine référent associé à 3 backlinks.  

La Google Search Console propose un onglet dédié aux liens internes et externes. L’outil est assez simple et permet de regarder le nombre de liens externes qui pointent vers votre domaine, le nombre de domaines référents, les pages internes qui reçoivent le plus de liens et les ancres de liens.

Des outils d’analyses plus poussés comme Semrush ou Ahrefs permettent de visualiser plus facilement les liens entrants. Par exemple, vous pouvez voir la page exacte d’un site qui vous fait un lien, alors que la Search Console vous envoie sur la page d’accueil.

Pour garder une bonne stratégie de netlinking, il est important d’avoir un bon nombre de domaines qui pointent vers vous de manière naturelle.

Backlinks Semrush

Avantages

Savoir quels sites internet pointent vers vous.

Inconvénients

Il est souvent nécessaire de passer par des outils payants car la Search Console n’est pas optimisée.

Outils

Google Search Console (gratuit), Ahrefs, Moz, Majestic SEO, Semrush, Ubersuggest (payants)

Comment suivre facilement ces indicateurs ?

Suivre un bon nombre de KPI est essentiel pour se donner une idée de l’état de santé de son SEO. Cependant, cela peut demander beaucoup d’efforts pour récupérer ces différents indicateurs. De plus, une analyse d’un SEO est souvent nécessaire pour bien comprendre les évolutions des KPI au fil des mois.

Chez Dialekta, agence SEO présente à Paris et Montréal, nous proposons à nos clients de recevoir un rapport de performance SEO personnalisé et automatisé accompagné des commentaires d’un expert tous les mois. Ainsi, nous sommes en mesure de proposer des stratégies sur le moyen/long terme tout en effectuant un suivi qui permet de mettre en place des actions à court terme.

Le rapport de performances SEO vous permet également de ne pas dépenser dans plusieurs outils et vous fait économiser du temps et de l’argent.

Contactez-nous sans plus attendre et recevez votre rapport de performances personnalisé !

Rapport de performances SEO
Utilisatrice de la plateforme de vente en ligne Shopify devant une fenêtre

Optimiser son site Web Shopify pour le SEO : 5 conseils techniques pour être bien référencé sur les moteurs de recherche

La plateforme Shopify est choisie par de nombreux sites de commerce en ligne en raison de sa simplicité. Bien qu’il offre de nombreux avantages, ce système de gestion de contenus apporte son lot de défis et de limites, notamment en ce qui concerne le référencement organique (SEO). Si votre entreprise planifie passer vers Shopify ou si vous l’utilisez actuellement, prendre en compte ces limites est primordial si vous souhaitez améliorer votre positionnement organique et éviter des erreurs comme la duplication de contenu, une mauvaise gestion du multilingue ou même un temps de chargement inefficient.

Chez Dialekta, nous travaillons depuis plusieurs années avec des entreprises ayant une boutique Shopify. Nous vous proposons donc une liste utile d’éléments techniques auxquels penser pour améliorer votre SEO sur votre boutique Shopify :

  1. Gérer le contenu dupliqué
  2. Optimiser son temps de chargement
  3. Ajouter un fil d’Ariane (breadcrumb)
  4. Contrer les limitations par rapport au multilingue
  5. Planifier un budget pour les applications

1. Prenez garde au contenu dupliqué sur Shopify!

L’un des défis majeurs que pose Shopify réside dans la duplication du contenu. Pourquoi devriez-vous éviter le contenu dupliqué ? En fait, le contenu se trouvant sur plusieurs pages d’un site Web peut créer une mauvaise expérience pour l’utilisateur en créant de la redondance. De plus, Google choisira une page parmi celles qui contiennent ledit contenu et la considérera comme plus importante, en accordant moins de valeur aux autres pages. Votre site s’en trouvera donc pénalisé. Puis, comme les contenus se positionnent sur les mêmes mots clés, ils se feront compétition entre eux, diluant la visibilité de chaque page dupliquée.

Contenu dupliqué sur un site Web créant de la confusion chez le robot de Google

Donc c’est clair : il faut éviter le contenu dupliqué pour améliorer son SEO. Mais attention, car Shopify crée automatiquement du contenu dupliqué lorsqu’un produit est associé à une collection. 

Plusieurs configurations de Shopify créent du contenu dupliqué et devraient vous préoccuper. Notamment, si vous ajoutez des tags sur certains produits, permettant ensuite aux utilisateurs de filtrer les produits selon ces tags, le même contenu se retrouvera sur plusieurs URLs. Par exemple : 

  • votresite.com/collections/nappe-ronde/bleue
  • votresite.com/collections/nappe-ronde/rouge
  • votresite.com/collections/nappe-ronde/blanche

Il sera donc nécessaire de mettre en place une stratégie de gestion des URLs canoniques afin de pallier les problèmes de duplication causés par Shopify. En effet, l’URL canonique indique aux moteurs de recherche quelle est la page principale parmi plusieurs pages ayant du contenu similaire ou identique, qui doit être mise de l’avant dans les résultats de recherche. À l’aide d’outils tels que Screaming Frog ou SEMRush, vous pouvez vérifier l’étendu du contenu dupliqué sur votre site Web.

2. Améliorez la vitesse de chargement de votre site Shopify

Qu’il soit sur Shopify ou sur une autre plateforme, votre site se doit d’être rapide à charger. Pourquoi ? Un site Web qui prend du temps à se charger aura un taux de rebond beaucoup plus élevé ; les utilisateurs le quitteront sans même poser d’action. Cela est synonyme de mauvaise expérience utilisateur, alors pénalisé par les moteurs de recherche, impactant alors votre SEO. 

Test de performance Google Speed Insight
Test de performance Google Speed Insight

Pour optimiser la vitesse de chargement de sa boutique Shopify, plusieurs méthodes sont à préconiser. Tout d’abord, assurez-vous que le thème que vous choisissez pour votre site Shopify soit responsive et rapide, et gardez-le à jour

Ensuite, les images représentent souvent le poids le plus important sur les pages Web, il importe donc de les compresser, tout en gardant une bonne qualité. Vous pouvez utiliser des sites tels que tinypng ou des applications Shopify comme Crush.pics.

Les vidéos alourdissent aussi souvent les pages Web. Choisissez d’intégrer des vidéos “embedded” de YouTube plutôt que de les héberger directement sur votre site, ce qui réduira la vitesse de chargement de votre page.

Finalement, les applications que vous ajouterez sur Shopify peuvent alourdir votre site, le rendant ainsi moins performant. Il est facile de recommander de simplement enlever des applications, mais elles ont souvent leur utilité : il n’est pas si simple de les retirer ! Notre conseil est de restreindre l’accès aux applications qu’aux pages clés où elles sont nécessaires.

3. Ajoutez un fil d’Ariane à vos pages

Aussi appelé breadcrumb, le fil d’Ariane est très utile sur les sites e-commerce, comme Shopify, pour aider les utilisateurs à naviguer. Correctement implémenté, il peut aussi permettre de bien définir l’architecture et la hiérarchie d’un site afin d’établir clairement la relation entre les pages.

Comparaison entre un fil d'Ariane non-optimisé et un fil d'Ariane optimisé

Une fois que le fil d’Ariane est proprement implémenté, nous conseillons d’ajouter les données structurées JSON breadcrumb. Les données structurées peuvent amener des résultats très intéressants en SEO. Ainsi, votre fil d’Ariane sera affiché dans les résultats de recherche, permettant d’avoir des URL soignées et claires pour les utilisateurs et Google.

4. Prévoyez la gestion du multilingue sur Shopify

Si vous envisagez de vendre sur Shopify et que votre site Web se doit d’être disponible en plusieurs langues, notez que Shopify ne contient pas d’attribut hreflang par défaut.

L’attribut hreflang permet de mentionner clairement aux robots d’indexation que votre site Web est disponible dans plusieurs langues ou plusieurs régions. Cela évite que les pages alternatives soient considérées comme du contenu dupliqué par Google.

Pour le SEO, l’attribut hreflang est donc très important. Sur Shopify, même si ces attributs ne sont pas présents par défaut, il est possible de les inclure dans la balise <head> via le fichier theme.liquid.

Autre élément à tenir en compte lorsque vous avez un site multilingue et considérez Shopify : la gestion des URLs. Shopify, par défaut, ne traduit pas les URLs. D’ailleurs, il est impossible, sans applications tierces, de traduire les portions “/collection/”, “/product/” et “/blog/” des URLs.

5. Pensez à un budget pour les applications

Bien des applications sont disponibles sur Shopify pour vous faciliter la vie sur certains aspects. Notez que la plupart des applications sont payantes. C’est donc des coûts à prévoir en amont lors d’une planification de migration vers ce type de système de gestion de contenus.

Voici nos applications favorites pour Shopify :

  • Crush.pics afin de compresser les images;
  • Schema App Total Schema Markup pour ajouter facilement des données structurées typiques au eCommerce;
  • Langify pour créer une version multilingue de son site Web compatible avec le SEO;
  • Also Bought afin de créer de la vente croisée (« cross-sell ») efficace;
  • Rewind Backups pour sauvegarder automatiquement le contenu de votre site.
  • Delightchat pour gérer les soucis de contenu dupliqué

En appliquant ces 5 conseils, vous diminuerez l’incidence des contraintes techniques posées par Shopify sur vos performances organiques, augmentant la visibilité de votre site Web sur les moteurs de recherches, le nombre de visites et ainsi, le nombre de ventes. 


Si vous avez des besoins spécifiques en lien avec votre boutique Shopify, ou si vous souhaitez prévoir une migration vers Shopify, nos spécialistes SEO à Montréal pourront vous accompagner pour bien planifier le référencement de votre site.

Améliorez le temps de chargement de votre site en optimisant vos images

Bien que certains aient tendance à l’oublier, le temps de chargement de votre site Web est primordial pour assurer sa performance. En effet, celui-ci se retrouve au cœur même de l’expérience des utilisateurs et des clients qui visitent votre site Web. Et ce dernier constitue souvent leur principal point de contact avec votre marque. 

Ainsi, une mauvaise expérience avec votre site Web peut signifier qu’un utilisateur confiera ses besoins à un de vos compétiteurs. C’est d’ailleurs ce que démontre un rapport que Google a fait paraître en 2017. Dans celui-ci le géant du Web affirme que plus de la moitié des utilisateurs (53%) abandonnent la visite d’un site Web si celui-ci prend plus de 3 secondes à charger. Il est donc essentiel de conserver celui de votre site sous cette barre.

Actuellement, le temps de chargement joue un rôle important dans le classement de votre site par l’algorithme de Google, notamment en mobile. Cependant, dans sa mise à jour prévue en 2021, cet algorithme insistera davantage sur celui-ci, au nom de l’expérience des utilisateurs. C’est donc le moment idéal pour optimiser le vôtre pour être en bonne position en réponse à cette mise à jour.

Les éléments qui influencent le temps de chargement de votre site

À la vue de ces impératifs, on peut donc facilement comprendre que le temps de chargement d’un site Web se doit d’être optimisé. Toutefois, même si l’on souhaite l’améliorer, encore faut-il savoir par où commencer. En règle générale, le temps de chargement de votre site Web peut être influencé par 4 facteurs importants.

Des ressources JavaScript et CSS inefficaces

Si elles sont mal configurées, certaines ressources de votre site Web peuvent en ralentir le chargement. Les éléments de JavaScript et de CSS, si mal optimisés, peuvent en effet ralentir la première visualisation de votre site Web. En d’autres termes, celui-ci prend plus de temps à s’afficher, en partie ou totalement, aux utilisateurs. Certaines ressources peuvent être différées pour ne pas ralentir l’affichage du site. D’autres, inutiles, peuvent être supprimées. 

Le temps de réponse du serveur

Un autre facteur qui peut avoir une influence majeure sur le temps de chargement de votre site Web est le temps de réponse du serveur qui l’héberge. Lorsqu’un utilisateur tente d’accéder à un site Web, son appareil envoie une demande au serveur du site. Ce dernier doit ensuite lui renvoyer une réponse, qui lui donne accès au site Web. Si ce délai est trop long, il se peut que votre site prenne plus de temps à charger.

L’existence de chaînes de redirections

Une chaîne de redirection survient généralement à la suite d’une mise en place de redirection 301 (pour corriger une erreur 404 par exemple) sans que l’inlink menant à la 404 soit corrigé pour mener vers la nouvelle page de destination. Sans un suivi régulier, on peut rapidement se retrouver avec des chaînes de redirections de plusieurs niveaux de type :

Inlink sur la page A (200) ⇨ Page B (301) ⇨ Page C (301) ⇨ Page D (301) ⇨ Page E (200)

Ces redirections à outrance peuvent donc considérablement augmenter le temps requis pour accéder à votre site Web et il convient donc de régulièrement venir faire le ménage.

Le poids des images de votre site Web

Finalement, les images de votre site Web peuvent également avoir un grand impact sur son temps de chargement. Si elles ne sont pas adéquatement optimisées, vos images peuvent considérablement ralentir votre site et il s’agit dans bien des cas du premier facteur impactant le temps de chargement.

Comment optimiser les images pour le Web?

L’optimisation des 3 premiers facteurs peut être difficile à réaliser soi-même. En effet, ce sont souvent des aspects de votre site Web qui demandent certaines connaissances techniques. Ainsi, pour les améliorer, il faut souvent s’en remettre à un spécialiste comme un développeur Web. 

Heureusement, optimiser les images pour le web est une procédure beaucoup plus simple, lorsque l’on sait où agir. Il existe en effet plusieurs points que vous pouvez optimiser, même si vos connaissances techniques sont limitées. En voici quelques-uns :

Les poids des images

Le poids de vos images peut avoir un impact considérable sur leur temps de chargement. Après tout, plus elles sont lourdes, plus elles prennent de temps à s’afficher correctement. Afin d’assurer un temps de chargement adéquat, le poids de vos images devrait se situer sous les 100 Ko. Pour diminuer leur poids, vous pouvez, par exemple, en réduire la taille dans un éditeur de photo (en vous assurant que la qualité reste bonne, évidemment).

Les dimensions des images

Pour améliorer le temps de chargement, vous pouvez également adapter les dimensions. En effet, vos images n’ont pas à être plus larges que l’emplacement dans lequel elles s’affichent. Ainsi, il est inutile que votre image ait une taille de 1920 par 1080 pixels si son emplacement ne fait que 850 par 560 pixels. Vous pouvez donc considérablement accélérer son temps de chargement en adaptant sa taille.

Le format des images

Habituellement, les images utilisées et partagées sur le Web sont dans un format .jpeg ou .png. Ces formats ne sont toutefois pas les mieux adaptés pour l’affichage sur le Web. En effet, si vous souhaitez optimiser vos images pour le Web, optez plutôt pour les nouveaux formats (Jpeg2000, Jpeg-XR et WebP), conçus expressément pour le Web. Toutefois, aucun navigateur Web ne supporte actuellement tous ces formats, mais ils en supportent tous au moins un. L’installation de plug-ins (tel que WebP Express) sur WordPress peut venir pallier ce problème en proposant une version WebP d’un Jpeg aux navigateurs qui le supportent et le format Jpeg dans le cas contraire. 

Le nombre d’images

Il se peut que votre site web nécessite l’intégration d’un grand nombre d’images. Évidemment, plus ce nombre est élevé, plus il peut ralentir votre site Web. Ainsi, si vous utilisez beaucoup d’images sur votre site Web, assurez-vous également d’y intégrer un CDN. Les Content Delivery Network vous permettent d’héberger vos images hors site, de façon à accélérer leur chargement en diminuant la bande passante requise et le nombre de requêtes.

Vérifier l’efficacité de vos optimisations

Une fois vos images optimisées, vous pouvez utiliser certains outils afin de vérifier facilement leur temps de chargement. Par exemple, vous pouvez utiliser l’outil « Website speed test », développé par Cloudinary. Celui-ci vous permet de vérifier, pour chacune des pages de votre site Web, si le poids, la taille et le format de vos images sont bien optimisés. 

cloudinary-webspeedtest

Vous pouvez également utiliser Google Page Speed ou GTMetrix, qui sont des références dans l’évaluation du temps de chargement. Ces outils vous donnent également une idée de la vitesse supplémentaire que vous pouvez obtenir.

D’autres ressources pour améliorer la performance de votre site Web

Optimiser les images pour le Web est l’une des façons les plus simples d’accélérer le temps de chargement de votre site Web et, ainsi, en assurer la performance. Vous n’avez pas les ressources à allouer à l’optimisation des images de votre site Web ? Pas de problème. Il existe une foule de plug-ins qui peuvent facilement s’en charger pour vous. 

smush iconParmi eux, on peut notamment penser à Smush. Celui-ci peut, par exemple, compresser les images de votre site au besoin. Par contre, il faut considérer que l’ajout d’un plug-in à votre site Web vient également l’alourdir. Il vous faut donc trouver un certain équilibre lorsque vous utilisez cette méthode.

Les images de votre site web ne sont évidemment pas le seul aspect à prendre en compte lorsque vous souhaitez optimiser son classement sur les moteurs de recherche. C’est ici que les bons experts peuvent vous aider, en faisant un audit complet de votre site Web. Alors n’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions.

 

Par Geoffrey Perrochon

Geoffrey Perrochon chargé de projets seoRigoureux et méthodique, Geoffrey a rapidement développé un intérêt pour la gestion de projets. Mesurer, analyser, améliorer, contrôler et consolider c’est ce qu’il aime faire au quotidien. Pas étonnant qu’Excel soit son outil de prédilection. Après 6 ans d’expérience en marketing côté client, il se spécialise dans le numérique et rejoint Dialekta pour y assurer le rôle de Spécialiste SEO. Toujours disponible et de bonne humeur, Geoffrey sait établir une relation de confiance essentielle pour avancer sereinement.

assistant vocal google

L’importance du SEO pour se positionner sur les assistants vocaux

« Ok Google, quelle sera la météo aujourd’hui ? ». Qui pourrait se passer de l’aide des assistants vocaux ?

Cette phrase, que vous avez sans doute entendue, ou même prononcée, plusieurs fois appartenait pourtant il y a quelques années à la science-fiction pure. Pourtant, les assistants de recherche vocale sont de plus en plus communs dans notre quotidien.

Alexa, Google Assistant, Siri : la recherche vocale est une véritable mine d’or. Jumelée avec l’expansion rapide du secteur des téléphones intelligents, elle représente une opportunité incontournable pour les départements marketing qui savent l’intégrer à leur stratégie.

Les assistants vocaux : un marché en pleine expansion

La recherche vocale constitue l’un des domaines technologiques qui croissent le plus rapidement. Pourtant, rien ne laissait présager à l’origine que les assistants vocaux deviendraient partie intégrante de nos habitudes quotidiennes.

C’est d’abord Apple qui a lancé le bal, en proposant son assistante vocale, Siri, sur son tout nouvel iPhone 4S. L’offre était révolutionnaire : une intelligence artificielle pouvant vous aider dans vos tâches et vos questionnements. Et la compétition a tout de suite compris cet aspect. 

Rapidement, le géant de la vente en ligne Amazon lançait Alexa, son propre assistant vocal. C’était une autre petite révolution. En effet, plutôt que d’être lié à un téléphone intelligent, Alexa possède son propre appareil, doublé d’un haut-parleur. C’était donc l’une des premières incursions de la recherche vocale dans le domicile de ses utilisateurs.

Google a, à son tour, lancé son Google Assistant en 2016, de même que son Google Home (son équivalent au Alexa) en 2017. Amazon et Google ont d’ailleurs d’ores et déjà surpassé Apple et sont maintenant les deux grands leaders de ce marché en pleine expansion.

En plein envol, le marché des assistants de recherche vocale n’est pas sur le point de faire faillite. Alors que le monde numérique est de plus en plus intégré avec le monde physique, on prévoit qu’il y aura 3 fois plus d’assistants vocaux vendus en 2025 qu’en 2020. En effet, d’ici 5 ans, près de 75% des ménages américains en possèderont au moins un.

La position 0, garante du succès sur la recherche vocale

La clé du succès pour être cité sur les assistants vocaux repose avant tout sur une optimisation du référencement organique en vue de décrocher la  position 0. Celle-ci est aussi connue sous le nom de featured snippet. 

Vous avez sans doute déjà aperçu un résultat en position 0. Il s’agit généralement d’un encadré se classant au sommet des résultats d’une recherche, avant même les résultats payants. Dans le cas des assistants vocaux, la position 0 est celle qui est énoncée à voix haute par l’assistant, en réponse à la recherche de l’utilisateur.

featured snippet position 0

 

L’intérêt de la position 0 est qu’elle offre une visibilité incomparable en se positionnant en première place sur les moteurs de recherche, au-dessus des résultats organiques et des annonces payantes. Elle est l’objectif qu’une bonne optimisation SEO permet d’atteindre.

La position 0 a donc le double avantage d’être celle qui sera priorisée par l’assistant vocal ainsi que d’être le premier résultat d’une recherche Google. Et évidemment, comme il n’y a qu’une seule position 0, la lutte pour l’occuper fait rage. Il vous faut donc savoir comment positionner son contenu sur les assistants vocaux pour en profiter.

Comment se positionner sur les assistants vocaux ?

Le positionnement sur les assistants vocaux ressemble à celui sur les moteurs de recherche. Pour obtenir des résultats intéressants pour votre marque, il convient avant tout d’optimiser votre référencement organique. Cela peut être accompli en travaillant 3 aspects complémentaires du SEO de votre site.

Optimiser le SEO technique

L’optimisation du SEO technique concerne, comme son nom l’indique, le volet technique d’un site Web. Il s’agit du volet le plus important aux yeux des robots d’indexation des moteurs de recherches de Google. Il consiste à optimiser la structure du site web. Ces robots ou « crawlers » s’attardent principalement aux critères suivant: 

  • La rapidité du site Web
  • L’absence d’erreurs sur le site Web
  • L’arborescence et la structure des URLs
  • L’optimisation des fichiers robots.txt et sitemap.xml
  • L’optimisation des balises

Un site dont l’aspect technique est mal optimisé ne se classera donc pas très bien dans les résultats d’une recherche, qu’elle soit vocale ou via les moteurs de recherche.

Optimiser le SEO de contenu

L’optimisation du contenu d’un site Web est ce que l’on associe le plus souvent au SEO. Comme ce sont les robots d’indexation qui font le travail de recherche pour les utilisateurs, il est primordial d’optimiser le contenu d’un site de sorte qu’ils le détectent. Cette optimisation implique quelques principes clés.

  • La structure du contenu

Il faut s’assurer que chaque page ne réponde qu’à un seul objectif (ne traîte que d’un seul thème) et que le contenu du site soit correctement structuré pour être facilement interprété par les robots d’indexation. Il faut donc bien hiérarchiser le contenu des pages en fonction de leurs titres (H1), sous-titres (H2) et sous-sous-titres (H3 et plus) selon un ordre logique.

  • L’intégration de mots-clés

Les mots-clés sont un des éléments les plus importants de l’indexation. Lorsqu’un utilisateur fait une recherche, le moteur lui affichera les résultats qui correspondent le mieux à sa requête. Pour ce faire, il faut intégrer des mots-clés qui correspondent aux recherches des utilisateurs, mais également à l’objectif  de la page.

  • La pertinence du contenu

Pour qu’une page soit bien indexée par les moteurs de recherche, autant traditionnels que vocaux, il faut qu’elle réponde à un besoin. Il faut donc s’assurer que le contenu qui a été produit réponde à une question d’un utilisateur, qu’il sera véritablement recherché.

Optimiser le SEO vocal

Alors que les deux points précédents ne sont pas exclusifs à l’optimisation SEO pour la recherche vocale, celle-ci impose une nouvelle contrainte. En effet, les assistants vocaux proposent d’abord les sites Web optimisés pour la recherche vocale. 

Cette optimisation concerne premièrement la nature du contenu. Celui-ci doit adopter une forme plus interrogative, étant donné que les recherches vocales sont très souvent faites sous forme de questionnements. De plus, la réponse qu’il donne doit être claire et succincte. Elle doit pouvoir rapidement répondre aux questions « qui », « quoi », « quand », etc.

La section FAQ d’un site Web est l’endroit idéal pour rédiger du contenu de cette nature. Il est facile d’y ajouter des requêtes interrogatives et mettre en place des réponses bien structurées.

Une expertise en référencement pour profiter de la recherche vocale

Comme les assistants vocaux sont en pleine expansion, c’est le meilleur moment pour s’y intéresser en commençant par optimiser son référencement organique.

Si vous avez besoin d’aide dans votre stratégie SEO, contactez nos experts SEO. L’équipe de Dialekta vous offre en effet l’expertise nécessaire pour vous aider à tirer votre épingle du jeu. 

 

Par Geoffrey Perrochon

Geoffrey Perrochon chargé de projets seoRigoureux et méthodique, Geoffrey a rapidement développé un intérêt pour la gestion de projets. Mesurer, analyser, améliorer, contrôler et consolider c’est ce qu’il aime faire au quotidien. Pas étonnant qu’Excel soit son outil de prédilection. Après 6 ans d’expérience en marketing côté client, il se spécialise dans le numérique et rejoint Dialekta pour y assurer la gestion des projets média et SEO. Toujours disponible et de bonne humeur, Geoffrey sait établir une relation de confiance essentielle pour avancer sereinement.

 

brainstorm

Comment réduire notre dépendance au référencement payant ?

De nombreuses entreprises se tournent vers le référencement payant afin d’obtenir rapidement une visibilité sur le web. Cette méthode permet de se positionner rapidement sur la première page des résultats Google et de générer des résultats mesurables. Toutefois, le référencement payant peut devenir coûteux et on peut rapidement en devenir dépendant si on y place tous nos efforts.

C’est pourquoi il est important d’avoir une bonne stratégie d’acquisition pour générer du trafic sur son site grâce au owned et earned media. Le owned media représente les canaux qui nous appartiennent, tels que notre blogue, site web ou infolettre. Le earned media fait référence à la visibilité que nous avons acquis grâce au bouche à oreille, comme un partage de notre contenu sur les réseaux sociaux ou une référence sur un site d’avis. Travailler le owned et le earned media n’est pas une tâche facile mais elle peut être très payante à long terme. Il faudra simplement s’armer d’un peu plus de patience !

Voici quelques étapes qui vous aideront à mettre en place une stratégie d’acquisition efficace sans avoir à investir dans le référencement payant : 

1. Déterminez vos objectifs

Posez vous les bonnes questions. Qu’est-ce qui apporte le plus de valeur à votre entreprise et quelles sont les tactiques qui vous permettront d’y arriver ? Évitez de simplement vouloir générer un grand volume de trafic et pensez plutôt en termes de  trafic de qualité en identifiant les actions sur votre site qui vous permettront de séparer les utilisateurs de valeur des autres. Par exemple, le trafic provenant de votre section carrière n’a surement pas la même valeur que le trafic provenant de vos pages transactionnelles. En distinguant cela, vous serez en meilleure position pour analyser la performance des différents canaux d’acquisition. 

2. Optimisez le trafic provenant des différents canaux d’acquisition

En analysant la performance de vos différents canaux, déterminez ceux qui génèrent du trafic de qualité sur votre site web. Pour éviter de vous perdre, concentrez vos efforts là où vous estimez un meilleur retour sur investissement. Tout d’abord, tentez d’augmenter le volume de trafic des canaux qui convertissent le plus. Puis, améliorez le taux de conversion des canaux qui convertissent moins bien. 

Trafic organique

Prenez connaissance tout d’abord de votre performance organique. Vous pouvez facilement identifier des pistes d’amélioration avec ces outils d’audits SEO (search engine optimization): l’analyseur SEO de Neil Patel et SEOptimer

  • Assurez vous d’être bien référencé organiquement (SEO) sur les mots-clés qui sont le plus important pour votre entreprise et ayez une bonne stratégie de contenu qui crée de la valeur autant pour les utilisateurs que pour votre entreprise. 
  • Concentrez vous sur les mots-clés qui performent bien en référencement payant mais dont le coût par clic (CPC) est plutôt élevé.  
  • N’oubliez pas de surveiller les mises à jour de Google pour évitez de perdre le référencement organique qui vous a aidé jusqu’à maintenant. 

Courriel

En règle générale, le trafic qui devrait être le plus qualifié est celui provenant de votre infolettre. Effectivement, ce sont les utilisateurs avec qui vous avez déjà établi une relation. Une bonne stratégie de courriel vous permettra d’avoir un très bon retour sur investissement. 

  • Si le taux de conversion est haut mais que vous avez peu de trafic, pensez à augmenter votre base de donnée. 
  • Si le taux de conversion de ce canal est bas, améliorez votre stratégie de courriel: créez des courriels qui incitent à l’action, ajoutez un call-to-action clair dans le courriel et redirigez sur des pages de destinations qui vous permettront de faire convertir ces clients. 

Referral

Le trafic referral comprend tous les visiteurs arrivés sur un site web depuis un lien apparaissant sur un autre site. Afin de développer une stratégie de référencement efficace, il est important de déterminer vos partenaires d’affaires qui pourraient être utilisés comme site référent. Attention à bien les choisir car l’autorité d’un site est un facteur important sur le positionnement de vos pages.

Réseaux Sociaux

Le trafic provenant de vos efforts sur les réseaux sociaux peut autant aider vos stratégies de owned media que de earned media. Voici quelques recommandations pour commencer:

  • Optimisez vos profils et utilisez des appels à l’action pour inciter les utilisateurs à se rendre sur votre site. 
  • Créez du contenu facilement partageable pour favoriser la viralité de celui-ci.
  • Interagissez avec vos fans et créez un sentiment de communauté. Vous aurez de fiers défenseurs de votre marque et aurez de loyaux clients. 

3. Assurez-vous d’avoir des bonnes pages de destination

Une bonne stratégie d’acquisition ne peut se faire sans l’optimisation des pages de destinations, cruciales pour créer une bonne première impression et stimuler les conversions. 

Lorsque vous choisissez vers quelle page de votre site vous redirigez les utilisateurs, assurez-vous que ces derniers atterrissent sur une page qui réponde directement à leurs attentes et qui les incitent à l’action. Évitez qu’ils aient à chercher sur votre site web, sans quoi vous risquez fortement de les perdre.  Si vous n’avez pas de page de destination qui correspond à vos besoins, construisez une landing page spécialement pour vos efforts d’acquisition. 

4. Mesurez vos efforts

Une des étapes les plus importants est la mesure de vos efforts. Dotez-vous d’une stratégie de mesure numérique pour déterminer quelles sont les tactiques qui créent le plus de valeur pour votre entreprise. Mettez sur pied un tableau de bord avec Google Data Studio: vous pourrez ainsi facilement visualiser vos performances et optimiser votre stratégie. 

Si vous avez besoin d’aide avec votre stratégie de marketing organique, n’hésitez-pas à contacter nos experts SEO.

Par Laura Bélanger

laura belangerLaura travaille en marketing numérique depuis plus de 5 ans. En tant que stratège média numérique, elle supporte ses clients dans leur croissance sans jamais perdre de vue leurs objectifs marketing. Passionné par les chiffres, elle est spécialisée dans les comptes à la conversion et le commerce électronique. 

 

page experience seo algorithme de recherche google

UX et SEO: de nouveaux critères de classement dans l’algorithme de Google

Google vient d’annoncer le déploiement, courant 2021, d’une mise à jour importante de son algorithme de classement. Comme vous le savez déjà, Google privilégie depuis quelques années les sites qui priorisent l’expérience utilisateur. Parmi ses critères de classement, on retrouve la rapidité de chargement des pages et l’ergonomie mobile. Sous peu, nous y retrouverons aussi la convivialité des pages. Quels sont les signaux qui entrent en compte et comment s’y préparer? Nous faisons le point. 

Que signifie la convivialité des pages? 

D’après Google, “la convivialité d’une page (Page experience) évalue la façon dont les utilisateurs perçoivent leur interaction avec une page web”.

En d’autres mots, cette mise à jour permet d’assurer que les sites classés en haut des pages de recherche créent une expérience qui convient aux utilisateurs .

Si l’évaluation de l’expérience utilisateur était déjà prise en compte dans les critères de classement, Google semble vouloir monter la barre d’un cran en prenant en compte de nouveaux signaux.

Google a en effet annoncé que l’équipe Chrome était parvenue à mesurer un ensemble de métriques du “monde réel” centrées sur l’utilisateur et regroupées sous le terme Signaux Web essentiels. Ces signaux, combinés à ceux existants permettront de donner une image globale de la qualité d’une page Web sur l’expérience utilisateur.

Que sont les Signaux Web essentiels (Core Web Vitals)? 

La future mise à jour intégrera donc les 3 nouveaux signaux issus du rapport “Signaux Web essentiels”  qui sont la vitesse de chargement, la réactivité et la stabilité visuelle. 

Core-Web-Vitals-Graphique-Page-Experience

Chaque signal est quantifiable et Google nous renseigne sur le score à atteindre afin d’obtenir la meilleure expérience utilisateur et donc d’obtenir un meilleur classement sur son moteur de recherche. 

google-core-web-vitals-lcp-fid-cls

La vitesse de chargement – Largest Contentful Paint (LCP) 

La métrique LCP correspond au temps qui s’écoule avant que le contenu principal d’une page soit visible pour l’utilisateur. C’est une amélioration importante de la métrique FCP (First Contentful Paint) qui ne capturait que le tout début de l’expérience de chargement. Or, nous le savons, si une page affiche un écran de démarrage ou un indicateur de chargement, ce moment n’est pas très pertinent pour l’utilisateur. Google recommande donc d’obtenir un score LCP inférieur à 2,5 secondes.

L’interactivité – First Input Delay (FID) 

La métrique FID intègre une notion intéressante puisqu’elle permet de mesurer le niveau de frustration d’un utilisateur. Dans les faits, la métrique FID calcule le délai entre l’instant où l’utilisateur interagit avec la page (clic sur un lien, clic sur un bouton, interaction JavaScript) et le moment où le navigateur est réellement capable de répondre à cette sollicitation. Google recommande un score FID inférieur à 100 millisecondes.

La stabilité visuelle – Cumulative Layout Shift (CLS) 

Pour finir, Google prendra en considération la métrique CLS, qui évalue la stabilité du contenu lors de son chargement. Cette métrique a pour but d’éviter des clics accidentels sur un mauvais bouton lorsque le contenu se charge progressivement et que les éléments d’une page se déplacent. Cet indicateur doit être inférieur à  0.1 pour garantir la meilleure expérience possible.

 

Quels autres facteurs sont pris en compte? 

En complément des signaux issus des Signaux Web essentiels, d’autres critères existants sont pris en considération par l’algorithme de Google dans l’évaluation de l’expérience utilisateur :

  • L’ergonomie mobile : L’utilisation des appareils mobiles pour accéder à Internet étant en croissance, Google privilégie les sites adaptés aux mobiles.
  • La navigation sécurisée : Google identifie les problèmes de navigation sécurisée dont la présence de logiciels malveillants.
  • Le protocole de sécurité HTTPS : Google reconnaît comme fiables les sites en HTTPS, ce protocole garantissant la confidentialité des données et le certificat d’authentification. Google pénalise les sites qui ne sont pas encore passés au protocole sécurisé.
  • Les consignes sur les interstitiels intrusifs : Google souhaite, comme tout utilisateur, que l’information recherchée soit immédiatement disponible à même le site. Aussi, il pénalise les sites dont la présence de pop-ups rendent difficile l’accès au contenu.

Comment se préparer à cette mise à jour? 

Si la mise à jour de l’algorithme de classement de Google n’est prévue que pour 2021, vous pouvez dès à présent commencer à analyser et optimiser votre site afin d’être prêt le jour J et profiter de cette mise à jour pour propulser votre site en augmentant sa visibilité.

Mieux vaut commencer ce travail d’optimisation le plus rapidement possible dans la mesure où il est fort probable que l’algorithme prenne en considération chaque page de façon individuelle plutôt que le site web dans son ensemble. 

Voici quelques recommandations pour commencer à optimiser l’expérience utilisateur dès aujourd’hui:

  • Réduire le temps de chargement de votre site web. Voici un outil qui vous permet d’évaluer la vitesse de votre site et vous offre des pistes d’optimisations.
  • Assurez-vous que votre site n’a aucune page brisée (error 404). Des outils tels que Google Search Console peuvent vous aider à les identifier.
  • Évaluer la convivialité de vos pages grâce à des heatmaps. Certains outils comme Crazyegg ou Hotjar pourront vous aider à analyser l’interaction des utilisateurs sur votre site.

Conclusion

L’expérience utilisateur va devenir de plus en plus importante dans le classement des sites web sur les pages de recherche Google. Avec l’annonce précoce de cette mise à jour, vous avez le temps de vous préparer et régler les problèmes existants sur votre site web, alors ne perdez pas de temps.

Vous ne savez pas par où commencer ou vous avez besoin d’aide? Notre équipe peut vous accompagner dans l’optimisation de votre site web. Contactez-nous pour évaluer vos besoins.


Par Geoffrey Perrochon 

Geoffrey Perrochon chargé de projets seo

Rigoureux et méthodique, Geoffrey a rapidement développé un intérêt pour la gestion de projets. Mesurer, analyser, améliorer, contrôler et consolider c’est ce qu’il aime faire au quotidien. Pas étonnant qu’Excel soit son outil de prédilection. Après 6 ans d’expérience en marketing côté client, il se spécialise dans le numérique et rejoint Dialekta pour y assurer la gestion des projets média et SEO. Toujours disponible et de bonne humeur, Geoffrey sait établir une relation de confiance essentielle pour avancer sereinement.


Sources:
https://webmasters.googleblog.com/2020/05/evaluating-page-experience.html
https://web.dev/vitals/#core-web-vitals

3 conseils essentiels pour optimiser le référencement en 2019

Le référencement en ligne est un aspect à la fois complexe et subtil du marketing numérique, car il englobe de nombreux facteurs allant du contenu à la facilité d’utilisation d’un site Web. D’autre part,les moteurs de recherche actualisent constamment leurs algorithmes à titre d’exemple, selon Moz, Google a actualisé son algorithme 3 234 fois en 2018 seulement, ce qui équivaut en moyenne à 9 modifications par jour. Si la plupart de ces modifications sont habituellement marginales, certaines sont des modifications en profondeur qui ont un fort impact sur le référencement (par exemple, la mise à jour de l’algorithme de base de juin 2019).

Nous vous présentons ici trois conseils essentiels de référencement à long terme, peu sensibles aux changements algorithmiques, qui devraient vous permettre de réduire votre dépendance à l’achat de mots-clés sur Google Adwords et Bing Ads.

Conseil no 1 – Mettre l’accent sur le contenu accrocheur et de qualité supérieure

Ce conseil peut sembler évident, mais nombre d’organisations oublient qu’une stratégie durable de référencement s’appuie sur la création de contenu de qualité

En effet, Google accorde de l’importance au contenu bien rédigé s’appuyant sur des sources adéquates. Le géant pénalise les sites comportant le contenu médiocre, par exemple contenant des fautes d’orthographe ou des liens rompus.

Armez-vous donc d’un papier et d’un crayon et notez cinq thèmes fondamentaux qui décrivent votre entreprise et ses activités. Ces piliers thématiques qui vous aideront à choisir des mots-clés pertinents pour votre auditoire et vos objectifs. 
Plusieurs outils (gratuits ou payants) peuvent  faciliter votre recherche de mots-clés, par exemple, UbersuggestWordtrackerMoz Keyword Explorer ou SEMrush. Vous trouverez ci-dessous une illustration de notre méthode de recherche de mots-clés au moyen du Keyword Magic Tool de SEMrush. Armés de ces mots-clés, travaillez avec votre stratège en référencement afin de déterminer ceux qui sont les plus pertinents pour votre entreprise. Vous n’oublierez pas de comparer aussi le volume de recherche avec celui de la concurrence. Vous pourrez alors intégrer ces mots-clés à votre contenu statique ou au contenu de vos billets de blogue à venir, ce qui augmentera votre visibilité dans les moteurs de recherche.

Conseil no 2 – Optimiser votre site Web pour les appareils mobiles

L’optimisation de votre site Web pour les appareils mobiles est essentielle. Par exemple, 25,5 millions de Canadiens, soit 70 de la population, se servent soit d’un téléphone mobile ou d’une tablette pour accéder à internet. Cette proportion devrait augmenter à 80 % d’ici un an. En outre, 52,2 % de l’achalandage total du site Web en 2018 provenait d’appareils mobiles, ce qui témoigne d’une tendance à la croissance soutenue et constante.

De plus, les robots de Google indexent d’abord la version mobile au lieu de la version de bureau. En jargon de référencement, on appelle ceci l’Indexation mobile-first (priorité au mobile). Ainsi, un site Web adapté au mobile obtiendra un meilleur référencement. Autrement dit, les sites dont l’affichage n’est pas adapté aux appareils mobiles sont pénalisés par les moteurs de recherche.

Plusieurs outils gratuits vous permettent de vérifier si votre site Web est adapté aux appareils mobiles, dont Google Search Console

Prenons par exemple une marque que nous connaissons tous, soit la SAQ, le distributeur exclusif de produits alcoolisés du Québec. Dans l’image ci-dessus, vous pouvez voir le rapport indiquant que le site n’est pas adapté aux mobiles. Google génère aussi une liste de recommandations, que vous pourrez te mettre en œuvre avec un spécialiste du référencement.

Si vous découvrez que votre site n’est pas adapté aux mobiles, pas de panique : un spécialiste pourra vous aider à identifier les points fondamentaux à corriger, et à travailler avec un développeur Web pour adapter votre site aux appareils mobiles. 

Conseil no 3 – Retirer le code non pertinent

Le code non pertinent a une incidence négative directe sur les classements de référencement. En effet, il faut plus de temps aux robots de moteurs de recherche pour parcourir un site Web qui contient du code inutile. Cela signifie que le moteur ne sera pas en mesure d’indexer entièrement votre site, ce qui aura un effet négatif sur votre classement. Pour vérifier si votre site Web contient du code inutile vous pouvez avoir recours à un outil gratuit tel que FreeFormater ou HTMLHint, qui procédera aux vérifications suivantes :

  • Les balises HTML manquantes ou déséquilibrées

  • Les balises HTML manquantes 

  • Les balises HTML déséquilibrées

  • Les ID en double 

  • Les attributs non valides

  • Les caractères errants 

Vous pourrez transmettre les résultats à votre développeur Web ou tenter d’apporter vous-même certaines corrections dans le système principal. CDans le cas des sites qui utilisent certaines plateformes telles que WixSquarespace ou Weebly, la tâche pourrait être plus complexe étant donné qu’il est plus difficile de modifier le code source dans ces plateformes par rapport à un système de gestion de contenu (CMS) type WordPress ou personnalisé. 

Le recours à un « vérificateur de rapport texte-code » gratuit constitue une autre astuce. Plus le rapport est élevé, plus votre site obtiendra vraisemblablement un bon classement. Par ailleurs, si votre rapport est déséquilibré, vous pouvez avoir recours à un outil tel que Minify Code pour réduire les lignes de code gonflées afin de soutenir votre stratégie de référencement. 

Ces trois conseils fondamentaux auront assurément une incidence positive sur votre référencement. Gardez à l’esprit qu’il s’agit d’une démarche continue et de longue haleine. Vous devriez constater un impact direct sur votre position dans les moteurs de recherche, ainsi qu’une augmentation de la qualité du trafic, lesquels devraient réduire vos besoins d’achats média sur Google Adwords et Bing. 

S’il y a un sujet en particulier que vous aimeriez que notre équipe du référencement aborde dans un prochain billet, n’hésitez pas à nous écrire.  

Vous aimeriez lire également

 
Nouvelles sur la dernière mise à jour d’algorithme de Google
 
SEO + UX = Search eXperience Optimization (SXO)
 
Assistant vocal : Pourquoi s’y mettre maintenant?
3_critical_tips_to_boost_your_seo_efforts_in_2019_feature_image.jpg

Nouvelles sur la dernière mise à jour d’algorithme de Google

Si vous êtes un webmaster ou un professionnel du marketing numérique, il est essentiel de noter que Google a mis à jour son algorithme principal à la fin de la semaine dernière. Ce changement sans précédent a eu un impact majeur – à la fois positif et négatif – sur un certain nombre de sites Web de haut rang.

Comment et pourquoi ces sites ont-ils été affectés? Et comment observer les meilleures pratiques de référencement pour mieux être positionné sur Google? Nous allons tout décomposer dans cet article.

Comprendre l’algorithme

Avant de plonger dans les détails, assurons-nous de comprendre tous les principes de base. Google est le premier moteur de recherche au monde et 40 000 recherches sont effectuées chaque seconde, ce qui équivaut à près de 1.2 milliards de requêtes par an.

Les moteurs de recherche ont radicalement changé au cours de la dernière décennie et les membres du public attendent des réponses concises et pertinentes à leurs questions. Ces demandes se sont traditionnellement reflétées dans les mises à jour des algorithmes de Google, qui visent à terme à améliorer l’expérience utilisateur.

Historiquement, le géant des moteurs de recherche apporte plusieurs centaines de modifications à l’algorithme chaque année, ce qui a un impact mineur sur la majorité des sites Web. Mais occasionnellement, une mise à jour majeure est mise en œuvre, ce qui influence un plus grand nombre de sites Web.

La mise à jour de l’algorithme de base de juin 2019

Cela nous amène au changement de la semaine dernière qui a été surnommé familièrement «The June 2019 Core Algorithm Update». Lors de son déploiement initial le 3 juin, les experts en référencement ont constaté peu ou pas de changements dans les facteurs de classement. Après 24 heures, la mise à jour a eu des répercussions sur plusieurs sites, dont le Daily Mail, l’un des tabloïds les plus populaires en Grande-Bretagne.

Mais quelle est la différence entre une mise à jour principale et les termes précédents tels que Panda, Penguin et Hummingbird? Ces derniers termes désignent des mises à jour d’algorithmes ciblant des problèmes spécifiques. Par exemple, l’algorithme Panda a été conçu spécifiquement pour donner la priorité aux sites de haute qualité par rapport à ceux qualifiés d ‘«content farmer». Il s’agit de sites qui dupliquent de grandes quantités de mots clés et de contenu pour simplement se classer plus haut. La mise à jour principale est différente, car il s’agit d’un vaste changement qui a un impact général plutôt qu’un objectif ciblé.

Filtrer la qualité du contenu

Pourquoi le Daily Mail a-t-il été affecté? Bien que Google ne fournisse jamais de détails à la suite d’une mise à jour d’algorithme, un rapport du journal du moteur de recherche indique que cela est lié au contenu du site. Pendant des décennies, le Daily Mail s’est largement appuyé sur des titres sensationnalistes pour vendre des journaux et générer du trafic sur le site Web.

Roger Montii, l’auteur du rapport susmentionné, estime que l’algorithme pourrait avoir considérablement réduit le trafic organique en raison de la nature du site Web, basée sur le nombre de clics. Par conséquent, Google essayerait possiblement de mettre en place des filtres de contenu, étant donné les nombreuses informations erronées et fausses informations diffusées sur Internet.

Comment le Daily Mail a-t-il été impacté?

Selon certaines informations, le site aurait perdu près de 50% de son trafic de recherche quotidien, ce qui est remarquable compte tenu de sa popularité et de sa visibilité en ligne. Jesus Mendez, directeur du référencement média, a même écrit au forum de la console de recherche Google pour lui demander pourquoi le site avait connu un tel déclin du trafic de recherche. Certains médias ont même signalé que le site avait perdu 90% de son trafic sur Google Discover, ce qui aurait sans aucun doute un impact considérable sur la rentabilité de Daily Mail.

Ailleurs, des rapports indiquent que d’autres sites, notamment NFL.com et Vimeo, ont connu une baisse de découvrabilité. Nous avons mené nos propres recherches via SEMrush et pouvons clairement constater une baisse de la volatilité globale des SERP aux alentours du 3 juin 2019 – le jour du lancement de la mise à jour de l’algorithme. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le terme SERP, il signifie «résultat de page de moteur de recherche» et correspond en gros à la page qui apparaît sur Google lorsque vous soumettez une requête.

Que pouvez-vous faire?

Bien que nous ne sachions jamais quand Google mettra en œuvre une autre mise à jour d’algorithme, il est possible d’optimiser votre site Web afin d’atténuer l’impact hypothétique d’un changement futur.

Nous vous recommandons de suivre l’acronyme E-A-T, qui signifie «expertise, authoritativeness, et trustworthiness». Ce concept repose essentiellement sur les directives de Google relatives à la qualification et à la quantification du contenu. Par conséquent, produisez un contenu engageant, factuel et écrit de manière concise.

Nous vous suggérons également de vous concentrer sur les aspects techniques, qui jouent un rôle crucial dans la détermination de la « découvrabilité » de votre site sur les principaux moteurs de recherche, notamment Google. Portez une attention particulière à certains aspects, tels que « la capacité d’analyse », la structure de lien interne et la canonisation afin d’améliorer efficacement les résultats de la recherche organique. En règle générale, si un site dispose de bases techniques solides, il est moins susceptible d’être impacté négativement par une mise à jour de l’algorithme.

Êtes-vous concerné?

Si vous êtes un client chez Dialekta, votre stratège principal procédera à un audit gratuit du site pour déterminer si celui-ci a été affecté par la dernière mise à jour. Ils entreront en contact avec vous au cours des prochains jours pour vous fournir toutes les informations essentielles.

Si vous n’êtes pas un client Dialekta procédez comme suit:

Connectez-vous à votre console de recherche Google et passez en revue les informations sous l’onglet Performances. Vérifiez si le nombre de clics et d’impressions a considérablement diminué.

  • Faciliter une vue d’ensemble de votre domaine en utilisant SEMrush. Le graphique doit indiquer si votre site a connu une baisse importante. Utilisez également la fonction Capteur sur le côté gauche pour examiner la volatilité globale ou catégorique des SERP.

  • Exécutez un audit technique à l’aide d’un logiciel tel que Screaming Frog, qui analyse votre site pour rechercher des anomalies, comme les erreurs 404 et la vitesse de chargement.

  • Créez un plan d’action pour le contenu et le côté technique, et n’oubliez pas de vous conformer au principe E-A-T mentionné précédemment.

Si vous recherchez une aide plus approfondie en ce qui concerne votre stratégie de référencement ou si vous avez simplement des questions ou des préoccupations, nous sommes toujours là pour vous aider. Contactez-nous aujourd’hui pour que nous puissions évaluer votre situation et travailler à vous obtenir des résultats positifs en utilisant nos connaissances et notre expertise dans ce domaine.

Vous aimeriez lire également

 
3 conseils essentiels pour optimiser le référencement en 2019
 
SEO + UX = Search eXperience Optimization (SXO)
 
Assistant vocal : Pourquoi s’y mettre maintenant?
m-b-m-795202-unsplash.jpg

SEO UX

SXO – Search eXperience Optimization

Qu’est ce que le SXO ou Search eXperience Optimization ?

Le Search eXperience Optimization (SXO) est un terme marketing utilisé pour définir une nouvelle forme de SEO qui, en plus de prendre en compte l’aspect technique et contenu des pages d’un site, se concentrerait sur la qualité de l’expérience utilisateur (UX – User Experience). On parle alors de mariage entre le SEO et l’UX.

Il faut savoir qu’à date, la qualité de l’expérience utilisateur est devenu un des critères phares dans le bon référencement d’un site web. En effet, Google recommande aux référenceurs SEO de bien prendre en compte l’expérience utilisateur au sein de pages d’un site afin que sa navigation soit de qualité et puisse convertir les prospects.

Les différentes mises à jour des algorithmes de Google qui ont eu lieu ces dernières années ont mises en avant l’expérience utilisateur ainsi que l’ergonomie mobile afin que ces critères d’optimisation deviennent des éléments indispensables au sein du bon référencement naturel technique et éditoriale d’un site.

Ce terme est une sorte de rappel soulignant l’importance de la qualité de l’expérience utilisateur au sein d’une stratégie SEO technique et éditoriale. Mais c’est également l’ère d’une nouvelle tendance visant à regrouper différentes techniques pour optimiser l’expérience utilisateur, de la recherche jusqu’à la conversion – d’où l’appelation CRO (Conversion Rate Optimization). Le SXO est défini de la manière suivante : SEO + UX = SXO – mais en soi, il est également né de l’association entre le Search Engine Optimization et le Conversion Rate Optimization.

UX + SEO = SXO ⇒ Mais pourquoi intégrer l’UX au SEO ?

L’UX ou User Experience (expérience utilisateur) a toujours eu un rôle très important lors de la mise en place d’une stratégie digitale. Il est le décor du site, l’aspect qui fait briller chacune des pages web pour les internautes, il est tout simplement l’élément qui rend la navigation plus facile et agréable aux yeux des lecteurs.

Le but majeure de l’UX vise à convertir plus facilement les visiteurs en prospects puis en leads en offrant une expérience positive du site web via ses pages (catégories, produits, articles, etc…).

En intégrant l’UX au SEO, cela permet d’optimiser et d’améliorer le processus de conversion suite à une visite client. Le rôle de cette intégration est de :

  • Tester et adapter l’expérience utilisateur en fonction des personas ciblées

  • Aider les visiteurs à trouver rapidement ce qu’ils recherchent sur le site

  • Mieux convertir les visiteurs provenant du trafic organique/naturel

  • Transformer les visiteurs uniques en potentiels prospects.

Reste à savoir comment bien combiner ces deux éléments pour un rendement optimal en terme de positionnement organique, de trafic et de conversion.

Comment bien mettre en place une stratégie SXO ?

À date, le SEO et l’UX design sont deux facteurs essentiels à prendre en compte dans la conception et la réalisation d’un site web pertinent et efficace sur les moteurs de recherche. En plus du SEO technique (balise canonical, hreflang, redirection 3xx, page 404, robots.txt, ect…), vous allez devoir vous focaliser sur l’expérience utilisateur et l’intégrer à votre stratégie de contenu SEO afin de mettre en place une bonne stratégie SXO. Pour cela, nous vous donnons quelques bons conseils pour vous assurer la mise en place d’une stratégie SXO réussie.

1- Le Design SEO-Compliant pour fusionner l’UX au SEO.

Afin d’assurer à la fois une lecture attrractive de vos pages pour vos lecteurs et tout aussi bien se positionner de manière naturelle dans les tops pages de Google, nous vous suggérons de mettre en place les actions qui suivent :

  • Créez un design attractif qui facilite la lecture et la navigation de l’internaute. Cette partie est plus spécifique à l’UX qu’au SEO mais à date, c’est l’un des points qui a le plus d’impact sur le taux de rebond du site. Il va de paire avec l’optimisation SEO.

  • L’ajout de liens et de call-to-action permettra de rendre l’UX plus charmant mais aussi de rendre la navigation vers les différentes pages du site et la conversion plus facile.

  • Optez pour une structure de site optimisée. Pour cela, il vous faut créer un menu de navigation avec des catégories et sous-catégories pertinentes pour le lecteur mais également pour Google. On parle alors d’optimisation de l’arborescence du site.

2- Une stratégie de contenu adaptée aux lecteurs

En plus de l’aspect visuel via le design des pages, il est primordiale d’offrir à vos lecteurs le contenu qu’ils recherchent. La stratégie de contenu est l’un des éléments clés pour réussir à mettre en place votre stratégie SXO. Pour cela, il est nécessaire de penser aux éléments suivants :

  • Mettre en place un contenu propre aux utilisateurs mais aussi au moteur de recherche afin de faciliter l’indexation du site sur Google et une lecture adaptée pour les lecteurs ⇒ étude de mots-clés (mots-clés spécifiques, longue traîne, requêtes interrogatives).

  • Ajouter des balises Title et Metas description optimisés afin d’apporter du contenu de qualité recherché par les internautes lors de leur recherche sur le web.

  • Renseignez des titres claires et optimisés (balises h1, h2) afin de bien structurer le contenu de la page et d’aider Google à comprendre le fond et la forme éditoriale.

3- Pensez Personas, Chemins utilisateurs et Eye Tracking

Un design optimisé pour une page web est essentiel pour faciliter la conversion de vos pages. Cependant, il faut d’abord apprendre à connaître votre audience et les différents personnas présents sur les pages de votre site. Il est important d’analyser les différents parcours utilisateurs afin de mieux comprendre et connaître le comportement et les besoins de vos internautes pour une conversion rapide.

L’une des méthodes utilisées pour bien définir les chemins utilisateurs sur votre site est l’Eye Tracking. Cette technique est utile pour déterminer dans quel ordre les éléments d’une page sont observés et également pour cerner les zones où le regard du visiteur s’attarde le plus.

4- Une ergonomie mobile suite au Mobile First-Index

Avec l’arrivée en force du mobile ces dernières années, Google a annoncé le passage au Mobile First Index afin d’assurer le bon référencement des pages mobile sur le web. En effet, la part du mobile a explosé depuis quelques temps et c’est l’une des raisons pour laquelle Google recommande vivement d’optimiser au mieux l’ergonomie mobile des sites afin qu’ils puissent être correctement référencés sur les moteurs de recherches. Une bonne stratégie SXO passe par une ergonomie mobile de qualité.

5- Un temps de chargement des pages optimisé

Autre élément phare dans la bonne implémentation de votre stratégie SXO, il s’agit du temps de chargement des pages de votre site. Plus vos pages chargeront rapidement, plus votre taux de rebond diminuera. Et cela, Google le prendra en compte et vous référencera mieux qu’avant sur le moteur de recherche. Pour atteindre une vitesse de chargement optimale, il vous faudra avoir recours à plusieurs actions plus ou moins techniques :

  • Compresser vos images afin que leur poids soit optimisé

  • Optimiser l’accessibilité du site avec un code propre et simple

  • Utiliser un serveur rapide afin d’assurer un bon transfert des données

6- Du testing récurrent pour s’assurer que la stratégie SXO soit optimale

Pour rappel, l’A/B testing (ou Test A/B) est une technique qui consiste à proposer plusieurs variantes d’une même page web mais qui diffère selon un seul critère/aspect afin de déterminer la version qui donnera les meilleurs résultats auprès des internautes.

L’A/B testing est donc l’une des clés qui va vous permettre de tester des optimisations et de voir comment votre audience réagit à ces changements. Vous pourrez donc mettre en place des changements sur votre site, les tester sur des périodes précises et choisir si, après le test effectué, vous souhaitez mettre définitivement ces changements en place.

Vous aimeriez lire également

 
3 conseils essentiels pour optimiser le référencement en 2019
 
Nouvelles sur la dernière mise à jour d’algorithme de Google
 
Assistant vocal : Pourquoi s’y mettre maintenant?
seo-ux-sxo.jpg

Recevez les dernières tendances en média et marketing de performance et les précieux conseils de nos experts directement dans votre boîte courriel.