Blogue

Laboratoire

marketing b2b et utilisation de la donnée - agence dialekta

Le marketing numérique dans un contexte B2B

Comment utiliser la donnée efficacement ?

Le segment B2B (business-to-business) en marketing numérique c’est un peu comme la coriandre; soit on adore, soit on déteste. Pour plusieurs, ça peut rapidement devenir un horrible casse-tête avec son dictionnaire d’acronymes bien garni; SaaS, CRM, MQL, SQL ABM, etc… Pour d’autres (comme moi), c’est un écosystème merveilleusement complexe nous obligeant à utiliser tous les leviers possibles pour aboutir à un seul et unique but: convertir les usagers de prospect, à lead, à client. La planification de campagnes média tend à suivre une série d’étapes assez similaires capable de rendre jalouse n’importe quelle recette de Ricardo :

  • On identifie notre cible et on lui attribue un persona 
  • On identifie le bon message pour parler à cette cible 
  • On identifie les bons placements pour la rejoindre. 

Un heureux mélange des étapes 1 à 3 devrait, en principe, garantir des résultats à la hauteur des attentes de notre client ! Cette recette elle est bien, et elle fonctionne. Un seul problème peut se présenter. Si vous n’avez pas de four pour faire cuire votre gâteau ou de tasse pour mesurer votre sucre, inutile de se lancer dans la préparation.  Pour bien exécuter et mettre en place une campagne B2B qui va réellement générer des résultats, il faut maîtriser les éléments suivants (à noter que l’ordre est primordial) : 

  1. Les données 
  2. La cible 
  3. L’automatisation
  4. La mesure

Ce premier article traitera de la portion “données” seulement.

L’importance de vos données clients

La donnée c’est big. TOUT le monde en parle, et avec raison. Elle est encore plus importante dans un contexte de marketing numérique B2B, où les cycles de conversions sont généralement beaucoup plus longs et ardus. C’est ce qui vous permettra, entre autres, de donner un nom à vos leads et de les accompagner tout au long de leur processus décisionnel (plus communément appelé en anglais lead nurturing). Avant même de commencer à réfléchir à votre cible et à la meilleure manière de la rejoindre, il faut d’abord se poser les questions suivantes :

Quelles données collecter ? 

La base de la base est de s’assurer de pouvoir identifier la personne par son nom et d’avoir un moyen de la contacter. Pour le reste, c’est là qu’il importe de trouver le bon équilibre. Si vous demandez trop d’informations, vous risquez de perdre les gens avant même qu’ils aient soumis le formulaire, réduisant de manière importante votre volume de leads. Rappelez-vous que les informations du lead pourront être bonifiées plus vous “apprendrez à le connaître”. Demandez le minimum d’information et vous risquez de vous retrouver avec un volume très élevé de leads peu qualifiés. Dans ce cas, il peut être pertinent de rajouter quelques questions d’opt-ins du genre “j’aimerais qu’on me contacte pour une démo du produit” ou encore “j’aimerais recevoir davantage de contenu sur tel produit”. Elles vous permettront de filtrer et distinguer les leads sérieux des leads qui sont là seulement pour le lead magnet afin d’ajuster les communications qui seront envoyées à ces deux types de prospects. 

Comment cette donnée sera-t-elle collectée ? 

Afin de récolter l’information sur vos leads, ceux-ci devront inévitablement remplir un formulaire. Selon Hubspot, près de 44 % des clics pour les entreprises B2B sont dirigés vers la page d’accueil du site web de l’entreprise au lieu d’une page dédiée. L’idéal serait d’avoir une landing page dédiée à la conversion qui permet aux leads potentiels d’avoir toute l’information au même endroit. Nous avons écrit un autre article de blogue présentant les principaux avantages de ce genre de tactiques. Si jamais vous êtes limités en temps et en budget et que la mise en place d’une landing page n’est pas une solution réaliste pour vous, il est possible d’explorer d’autres avenues. Par exemple, si vous lancez des campagnes sur Facebook ou LinkedIn, vous pouvez utiliser des formulaires de génération de prospects (lead ads) qui permettent de créer, à même la plateforme, un formulaire personnalisé. Cette tactique a l’avantage de générer des coûts d’acquisition très bas et s’exécute facilement et rapidement. Linkedin lead gen formulaire

Comment la donnée passera-t-elle d’une étape à l’autre ? 

Cette question est sans doute la plus difficile à laquelle vous allez devoir répondre, mais également la plus importante. Dans tous les cas, en plus de s’assurer que les renseignements personnels du lead se rendent du point A au point B, il est extrêmement important de pouvoir identifier et enregistrer la source du lead. Cela vous permettra d’identifier les tactiques qui génèrent les leads les plus qualifiés et d’optimiser vos investissements en conséquence. Le moyen le plus simple d’identifier la provenance d’un lead est d’utiliser des champs cachés dans vos formulaires. Cette option est disponible autant pour les formulaires Facebook et LinkedIn que pour la majorité des formulaires hébergés sur un site web. Les champs cachés permettent de faire passer de l’information en back-end sans qu’un consommateur ait à entrer cette information. Si vous utilisez des paramètres UTM pour tracker vos URLs, vous pouvez aussi passer cette information via des champs cachés. Il suffira ensuite de créer des champs correspondants dans votre CRM pour pouvoir associer cette information aux leads entrants !

Les mots de la fin

La collecte de données n’est évidemment que la première étape de votre stratégie d’acquisition de leads. Une fois que vous avez en main les ingrédients nécessaires pour la préparation de votre gâteau, il importe de les mélanger ensemble pour ensuite mettre le tout au four. L’histoire est similaire avec vos leads. Les usagers arrivant sur votre site web ne sont pas toujours prêts à passer à l’action. Il est donc primordial d’investir dans une stratégie de lead nurturing afin de qualifier vos leads et améliorer vos résultats.  À la base de votre stratégie se situe la donnée client qui vous permettra de mieux comprendre votre cible et le trafic sur votre site. De plus, en vous assurant de collecter efficacement des données pertinentes et de qualités, vous serez en mesure de prendre de meilleures décisions qui auront un impact direct sur vos ventes. 

Téléchargez notre livre blanc (en anglais) sur la mise en place d’une stratégie B2B performante ! 

Laura Dessureault Laura Dessureault a débuté sa carrière il y a 5 ans chez Dialekta après l’obtention d’un baccalauréat en marketing. Très vite elle a développé un intérêt marqué pour le marketing numérique, particulièrement envers les clients en B2B, et l’impact des performances médias dans des plateformes de marketing automation. 

Qu’est ce qu’un Chatbot et comment l’utiliser pour mon entreprise?

Un chatbot est un système d’intelligence artificielle qui va permettre de communiquer directement avec vos clients. On les retrouve aujourd’hui sur plusieurs supports comme les sites internet mais également sur les applications, principalement celles de messagerie comme Facebook Messenger, Telegram, Skype ou Slack.

Ces robots d’un nouveau genre offrent de nombreuses opportunités, mais comment bien les exploiter?

 

Dans ce guide, nous allons découvrir plusieurs domaines dans lesquels les chatbots peuvent vous aider dans le développement de la croissance de votre entreprise.

 

Comment les chatbots peuvent améliorer la relation client de mon entreprise?

On a vu apparaître de plus en plus sur les sites internet ces box conversationnelles qui permettent de contacter directement un conseiller, un vendeur ou un technicien. Le Chat classique s’est démocratisé pour devenir un réel moyen de contact avec l’entreprise. Il offre aux clients la possibilité d’avoir une réponse sans passer par le téléphone ou le mail classique.

Cependant, il n’est pas toujours aisé de répondre rapidement et de manière efficace à plusieurs centaines ou milliers de visiteurs quotidiens avec un effectif dédié à la relation client parfois réduit.

Pour cela, la mise en place d’un Chatbot peut être une solution très pertinente.

En effet avec les chatbots vous n’avez plus nécessairement besoin d’avoir une personne physique pour répondre au flux de demandes. Il peut permettre de qualifier cette entrée d’informations pour faciliter et optimiser le temps passé par demande client.

L’implémentation d’un chatbot permet alors d’offrir une assistance à vos visiteurs 7 jours sur 7 durant toute la journée tout en optimisant vos coûts de fonctionnement de votre service de relation client.

Mais est-ce qu’un robot est vraiment efficace?

Avec le développement de l’intelligence artificielle (AI), ces robots conversationnels vont apprendre des discussions entretenues vos clients. Une fois la donnée accumulée, les robots arrivent à anticiper les schémas de discussions grâce au machine learning. Les chatbots sont évolutifs et les discussions deviennent de plus en plus personnalisées et authentiques. Nous pouvons même parfois nous poser la question de savoir si nous communiquons avec un robot ou un réel individu tant les discussions semblent naturelles.

Selon une étude de Hubspot, ce moyen de communication commence à réellement être apprécié par les consommateurs, avec près de 48% d’entre eux qui privilégieraient un échange via un chat plutôt qu’un autre moyen de contact. Pour Ubisend et une étude réalisée en 2017, ce sont 21% des consommateurs qui considèrent les chatbots comme la solution la plus simple pour rentrer en contact avec une entreprise.

Les chatbots dans les applications de messagerie

Les applications de messagerie instantanées ont vraiment permis de démocratiser les chatbots. Lorsque Mark Zuckerberg a pris la décision d’ouvrir son application de messagerie à ces robots conversationnels, ce sont plus d’un milliard d’utilisateurs qui ont découvert de nouvelles manières de converser avec les entreprises et autres pages Facebook. Preuve de l’engouement, on retrouve maintenant plus de 100 000 bots disponibles dans l’application, avec de nombreuses grandes marques qui se sont lancées dans l’aventure comme Starbucks, Coca-Cola ou Expedia.

Sur Facebook Messenger, vous pouvez par exemple créer votre chatbot et l’inclure dans une stratégie promotionnelle. Avec les ciblages publicitaires disponibles sur les plateformes publicitaires, vous rejoindrez votre cible dès qu’elle se connectera à son application. Une fois la conversation lancée, vous pourrez recueillir des informations comme un numéro, une adresse mail, voir vendre directement au sein du chat.

Un bot pour améliorer le service client avec la compagnie aérienne KLM

Voici l’exemple de KLM qui a mis en place un chatbot à destination de ses voyageurs. Vous pouvez retrouver votre réservation, votre carte d’embarquement et toutes les notifications relatives à votre vol. Le chatbot offre la possibilité d'effectuer de nombreuses actions sans passer par un service spécifique.

En quelques messages vous pourrez ainsi facilement changer votre place dans l’avion par exemple, le tout avec un service disponible 24/7.

Les résultats ont été concluants :

  • Augmentation de 40% des interactions client avec Messenger
  • 15% des cartes d’embarquement sont envoyées via Messenger
  • Dépassement de 5 points du Net Promoter Score (NPS) sur Messenger par rapport à leur objectifs.
  • Le chatbot mis en place permet ainsi d’aider l’équipe sociale à répondre efficacement aux près des 15 000 conversations générées en ligne par semaine.

Quels autres usages pour un chatbot?

Nous avons pu voir dans cet article via quelques exemples, comment les chatbots peuvent vous aider à gérer la relation client de votre entreprise.

Que ce soit par une étape de qualification des demandes des internautes avant de les rediriger vers un conseiller, ou bien en gérant une demande de manière totalement autonome, les chatbots vont vous permettre d'économiser du temps et gagner en efficacité.  Vos équipes auront ainsi plus de temps pour gérer les cas les plus importants.

Cependant, l'usage des chatbots ne se limite pas exclusivement à la relation client mais ils offrent de nombreuses possibilités aux entreprises d'accroître leur ventes et nombre de prospects.

Les chatbots prêts à faire décoller la conversion de votre site

Les chatbots peuvent s’avérer de réels alliés dans la mise en place d’une stratégie de récolte de leads qualifiés pour votre entreprise. Avec un bon entonnoir et les bonnes questions, votre chatbot va récolter les emails de vos visiteurs afin qu’ils soient recontactés par votre société.

Vous pouvez ainsi mettre en place un chatbot qui va interagir avec vos clients directement sur le site. Les taux d’interaction sont généralement élevés et permettent de développer votre stratégie d’acquisition de leads.

Voici quelques exemples de ce qu’un chatbot peut réaliser avec vos visiteurs pour générer des leads:

  • Qualifier le projet de la personne et présenter votre service.
  • Obtenir son nom, numéro de téléphone, connaître l’entreprise pour laquelle il travaille.
  • Proposer un livre blanc ou tout autre ressource qualificative en échange de son email.
  • Création d’un compte pour un essai de votre solution.
  • Offrir un code promotionnel en échange d’un mail.

Mettre en place votre stratégie d’automatisation de récolte de leads.

Une fois ce chatbot intégré sur votre site, vous pourrez l’améliorer en développant le parcours de discussion et analyser les réponses fréquentes des personnes l’ayant utilisé.

Quelques actions permettent d’optimiser les performances de la récolte d’informations :

  • Repérez les irritants en observant où les internautes arrêtent la discussion
  • Mettez en place des tests A/B dans votre entonnoir de conversion.

Après l’analyse des résultats, ajustez votre chatbot en conséquence pour qu’il convertisse vos visiteurs encore plus efficacement.

Que se passe-t-il après avoir obtenu un lead avec votre chatbot?

Une fois les données clients récoltées, passez à l’action grâce à une stratégie d’automatisation de votre marketing. Cela libérera du temps que vous pourrez mettre au service de tâches à forte valeur ajoutée.

Grâce à des applications comme Zapier, les données récoltées peuvent être envoyées par mail, mises à jour dans un tableur ou même intégrées dans votre CRM. Une fois ces informations rentrées dans votre CRM, attaquez-vous par exemple à la seconde phase de votre stratégie marketing en activant une campagne d’email pour recontacter vos prospects.

Cette automatisation des tâches va vous permettre de développer et « scaler » votre acquisition de lead. Avec ce temps libéré, vous allez pouvoir passer du temps à améliorer vos campagnes marketing pour générer du trafic sur vos pages d’atterrissage ou vous focaliser sur le développement de votre business en vous travaillant pour convertir de tous ces nouveaux leads acquis en effectuant de la prospection téléphonique.

Les chatbots en action :

E-commerce : Starbucks Barista et Ebay

 

 

 

 

 

 

 

Starbucks a par exemple lancé Barista qui permet aux utilisateurs de commander directement un café dans le Starbucks de leur choix au sein de l’application. Elle épargne ainsi les files d’attente aux clients avec une manière ludique de commander son café à distance. D'autres enseignes dans la restauration ont également leur chatbot comme Domino’s qui a également développé son propre bot pour la livraison de ses pizzas.

 

 

 

 

 

 

Le chatbot mis en place par Ebay permet lui de trouver un produit directement depuis l’application de messagerie. Le chatbot va vous présenter un produit en fonction des critères que vous aurez définis.

Choisissez la marque, le prix et la couleur et le bot fera la recherche et vous proposera un article correspondant. Il ne vous reste plus qu'à cliquer pour découvrir le produit sur le site d'Ebay.

 

Augmenter le nombre de leads récoltés

 

 

 

 

 

Comme présenté au début de cet article, le chatbot permet de vous accompagner dans la conversion de votre site.

 

Ici nous avons le chatbot du site de Drift qui permet de qualifier la visite d'un internaute afin de récolter son adresse e-mail en quelques messages.

Facile à implanter, ce type de chatbot vous permettra de récupérer des leads qualifiés directement sur votre site et générer des demandes de meeting automatiquement.

 

 

Un chatbot comme homepage : l’exemple de Landbot-io

D’autres sites ont même fait le choix de partir sur une landing page uniquement avec un chatbot afin de générer plus de leads.

C'est le cas du site landbot.io, qui a vu son nombre de leads augmenter après la mise en place de cette homepage atypique!

Mais comment créer son chatbot ?

Il y a plusieurs solutions présentes sur le marché qui vous permettent de créer un chatbot sans réelle connaissance en codage.

Voici une petite liste des solutions les plus connues offrant la possibilité de se lancer rapidement:

https://chatfuel.com/

https://morph.ai/

https://botsify.com/

https://manychat.com/

D’autres solutions existent pour développer des robots plus poussés. Dans ce cas de la programmation va être nécessaire afin de créer des agents conversationnels et chatbots. IBM et Amazon peuvent alors être deux supports envisagés.

Pour résumer, intégrer son chatbot au sein de ces applications de messagerie offre une réelle possibilité de toucher une large audience prête à converser.

Surtout, c’est un moyen de communiquer d’une manière originale avec le client dont il aura de grande chance de se souvenir. C’est pourquoi avant de se lancer, il faut bien définir les objectifs de son chatbot et comment arriver à créer une expérience attrayante qui apporte de la valeur ajoutée à votre cible.

Cet article vous a intéressé et vous souhaitez mettre en place un chatbot pour votre entreprise?

Que ce soit pour un chatbot de service, de divertissement ou pour récolter de leads, nos équipes peuvent vous accompagner afin de mettre en place un chatbot lié à votre activité.

N’hésitez pas à nous contacter !

Sources :

https://www.16best.net/blog/chatbots-gone-wild/ 

https://www.landbot.io

https://www.drift.com

https://social.klm.com/flightinfo/messenger/

https://www.hubspot.com/stories/chatbot-marketing-future

https://blog.ubisend.com/optimise-chatbots/chatbot-statistics

https://thinkgrowth.org/7-fascinating-stats-hubspot-research-uncovered-in-2017-f8f6b09b6fa4

 

 

Pas encore convaincus? Quelques résultats chiffrés sur les chatbots!

 

chatbot-utilisation.jpg
Dashboard numérique - agence Dialekta

Comment optimiser son référencement naturel et redistribuer son budget de crawl à toutes les pages de son site ?

Oncrawl, société française créée en 2013 par Francois Goube et Tanguy Moal, a développé un outil SEO qui peut être utilisé à la fois comme Crawler SEO et/ou comme Analyseur de logs serveurs, le tout en ayant la possibilité de plugger toutes sortes d’outils externes comme la Google Search Console, Google Analytics, AT Internet, Majestic SEO, SEMrush, etc …

 

Vous l’aurez compris, cet outil est puissant et il facilite aujourd’hui l’analyse SEO d’un site web. Avec OnCrawl, nous pouvons ainsi croiser toutes les données SEO que nous récoltons via différentes plateformes. Cela va nous permettre de comprendre comment Google explore et analyse les pages de notre site et quels sont les critères les plus importants à ses yeux pour optimiser au mieux le référencement naturel d’un site.

 

Lors de la prise en main de l’outil, nous avons tout d’abord souhaité comprendre comment agissaient les robots de Google – dits Googlebots – au sein du site. Nous voulions nous assurer que les robots de Google crawlaient bien toutes les pages de notre site ou du moins, les pages les plus importantes telles que la page d’accueil, les pages “catégorie” ou encore les articles de notre blogue. Pour cela, nous avons donc récupéré les logs serveurs du site sur les trois derniers mois puis nous les avons pluggé à l’outil Oncrawl.

L’analyse des logs et du budget de crawl

La première découverte, que nous avons faite en regardant les résultats de l’analyse de logs, c’est l’arrivée du Google Mobile First-Index sur notre site. D’après Google, notre site serait prêt à passer au Mobile First-Index puisque le passage des Googlebots Mobile (48.6%) et aujourd’hui quasiment égal au nombre de Googlebots Desktop (51.4%).

La seconde grande découverte, dont l’outil nous a fait part, concerne le passage des robots au sein des pages du site. Sur une période de 30 jours (27 février au 28 mars 2018), les robots de Google sont passés 13092 fois sur différentes pages du site, 460 pages uniques.

 

Si nous rentrons dans le détail des pages uniques qui ont été crawlées par Google, nous nous apercevons que sur l’ensemble des logs serveurs et des 13092 hits (mobile et desktop), 89% proviennent de deux pages seulement. Cela signifie que 9 googlebots sur 10 crawlent les pages https://dialekta.com/fr/blog?lang=fr et https://dialekta.com/blogue/?lang=fr.

Ces deux pages sont crawlées 188 fois par jour alors que de son côté, la page d’accueil, qui est censée être la page la plus importante et la mieux maillée dans l’arborescence du site, est « hitée » seulement 14 fois par jour (424 hits sur la période donnée).

Grâce à l’analyseur de logs, nous savons donc qu’à date, les pages les plus importantes pour Google sont des pages d’accueil du blogue, des pages qui ne sont actuellement pas les bonnes pages du blogue. En effet, la page d’accueil du blogue Dialekta est la suivante : https://dialekta.com/fr/blog

 

Cet élément nous permet d’affirmer que Google n’analyse pas le site comme nous le souhaitons car 89% du budget de crawl est alloué à des pages qui n’ont pas d’intérêt pour le site. Il ne reste donc que 11% du budget de crawl alloué pour les autres pages du site, ce qui n’est pas suffisant et cela se voit ci-dessous.

En effet, la fréquence de crawl des pages actives du site – pages qui génèrent au moins une visite – est inférieur à 1.

Cela se confirme sur le graphique ci-dessous, ou nous apercevons que parmi les pages actives SEO, seule la page d’accueil (répertoire Home) est crawlée fréquemment (+ de 5 hits par jour).

 

De plus, grâce au crawler, nous avons détecté une grande présence de liens externes follow qui, en soi, font perdre du Google Juice – ou Link Juice – aux pages du site Dialekta, puisqu’elles transmettent leur popularité à des pages externes.

Le plan d’actions

Suite à ces résultats, nous avons mis en place deux actions ayant pour but de redistribuer le budget de crawl au sein des pages actives du site afin qu’elles puissent être explorées par les robots de Google et revalorisées pour un meilleur positionnement dans les moteurs de recherche.

 

  1. La première de ces deux actions a été de mettre en place une redirection 301 sur les deux pages https://dialekta.com/fr/blog?lang=fr et https://dialekta.com/blogue/?lang=fr vers la bonne page d’accueil du blogue – https://dialekta.com/fr/blog/. En testant cette action de redirection, nous espérons que le budget de crawl soit redistribué via la page https://dialekta.com/fr/blog/ vers les pages articles du blogue.
     
  2. La seconde action a été d’ajouter la balise rel= »nofollow » aux liens externes follow qui distribuaient du Link Juice aux pages externes. En ajoutant cette balise, nous souhaitons garder le link juice sur les pages du site et valoriser la notoriété de nos pages par Google afin d’améliorer leur positionnement dans les moteurs de recherche.

 

Une fois ces deux actions implémentées, nous avons laissé quelques semaines se passer afin que Google puisse correctement prendre en compte ces changements.

L’analyse des résultats suite aux actions

Un mois après les changements effectués sur le site de Dialekta, nous avons de nouveau récupéré les logs serveurs sur une période de 30 jours (9 mai au 7 juin 2018) comme nous l’avions fait précédemment. Et les résultats ont été assez probants.

 

Tout d’abord, le nombre de pages uniques crawlées a augmenté de 36%, passant de 460 à 627 pages uniques crawlées. Cela signifie que le budget de crawl est mieux distribué sur l’ensemble des pages du site.

Période – 27 Février au 28 Mars 2018

Période – 9 Mai au 7 Juin 2018

 

Cela se confirme lorsque l’on regarde le crawl ratio du site et qu’on le compare avec le précédent crawl ratio. Avant, le crawl ratio était de 73.5% ce qui signifie que 26.5% des pages du site Dialekta – connu par Google et Oncrawl – n’étaient pas crawlées par les Googlebots. De plus, 43% des pages présentes dans la structure du site n’étaient pas non plus crawlées.

Suite au plan d’actions, nous avons aujourd’hui 96% du crawl ratio utilisé et aujourd’hui, seulement 0.35% des pages maillées ne sont pas explorées par les robots de Google.

Période – 27 Février au 28 Mars 2018

Période – 9 Mai au 7 Juin 2018

 

En plus de cela, nous notons l’augmentation de la fréquence de crawl sur les pages actives du site Dialekta. Si la fréquence de crawl globale a légèrement diminué, la fréquence de crawl des pages actives a quant à elle été multipliée par 5,5.

 

Période – 27 Février au 28 Mars 2018

Période – 9 Mai au 7 Juin 2018

Nous constatons donc une évolution du budget de crawl qui se met à crawler de plus en plus de pages maillées au sein du site. En effet, la grande majorité des pages du site est maintenant crawlée.

Période – 27 Février au 28 Mars 2018

Période – 9 Mai au 7 Juin 2018

Conclusion

Grâce à l’analyse de logs fournie par Oncrawl, nous avons réussi à redistribuer le budget de crawl sur presque toutes les pages et répertoires du site en implémentant seulement deux actions. Suite à ces changements, nous pouvons aujourd’hui constater que toutes nos pages de niveau 1 à 6 sont toutes crawlées et que 96.5% de nos pages de niveau 7 sont également crawlées. Ce qui n’était pas le cas auparavant …

Période – 27 Février au 28 Mars 2018

Période – 9 Mai au 7 Juin 2018

 

L’analyse de logs est aujourd’hui un élément incontournable dans l’analyse SEO d’un site web. En effet, si vous souhaitez optimiser les pages d’un site avant même de comprendre comment Google l’interprète, alors, il se peut que vous optimisiez des pages qui ne sont, à la base, même pas crawlées par les robots de Google. Si cela est le cas, alors vos optimisations SEO n’auront pas de gros impacts sur vos pages.

 

Il faut savoir que dans notre situation, sans l’analyse de logs, nous n’aurions jamais pu savoir que Google ne considérait qu’une toute petite partie des pages de notre site. Alors si vous aussi, vous souhaitez mieux comprendre comment Google explore votre site via l’analyse de logs, contactez-nous afin que nous puissions vous rencontrer et vous en parler.

 

dashboard-sample.jpg

Le format publicitaire numérique le plus populaire va disparaître : Mort au Big Box, vive les “Flexible Size Ads” !

Depuis les débuts de la publicité numérique, éditeurs, annonceurs et internautes ont vibré au rythme des big box, leaderboard et autres standards fixés par l’IAB (Interactive Advertising Bureau). Ces formats se sont diversifiés et complexifiés avec le développement de technologies permettant de créer des bannières “rich” ou “expando” et de formats mobiles dont l’affichage n’était pas optimisé pour autant de pixels.

En 2017, l’IAB va mettre fin à cette prolifération de formats en pixels pour simplifier le paysage des bannières numériques avec les “flexible size ads”. Fini les 300×250, 728×90 et autres formats en pixels et bienvenu aux annonces flexibles définies par un ratio (1:1, 1:2, 1:3, 2:1, 6:1, etc.). On pourra ainsi afficher le même créatif sur mobile, tablette ou ordinateur, dans des tailles différentes mais en gardant toujours les mêmes proportions !

formats flexible size ads

Le changement sera effectif dès 2017, alors comment s’y préparer ?

 

PARTIE 1: LES ANNONCES LEAN

Afin de rendre cette transition plus facile, l’IAB propose dès aujourd’hui d’adopter les annonces LEAN (Light, Encrypted, Ad choice supported & Non-intrusive). Ce format, compatible avec nos outils actuel répond aussi à toutes les normes des nouveaux formats. C’est donc un premier pas vers cette transformation.

Si vous respectez déjà les normes IAB, pas de problème : vos annonces sont déjà LEAN !

 

PARTIE 2: LES ANNONCES DE TAILLE FLEXIBLE

La date d’entrée en vigueur n’a pas encore été annoncée et la mise en place devrait être étalée sur l’année 2017. Ceci dit, nous gagnerons tous à commencer le plus rapidement possible. À cet effet, l’IAB a déjà publié un portfolio pour les nouvelles annonces. Donc pour vos campagnes 2017, oubliez les pixels et commencez à penser en terme de ratios !

Pour découvrir tous les nouveaux formats, téléchargez notre guide sur les Flexible Size Ads.

 

Guide flexible size ads

 

 

Photo ©IAB.com

 

 

flexible-size-ads-1.png

Plateforme Marketing pour les Franchises: Plus fort ensemble

Cet article a été écrit en pensant aux CEOs et CMOs des Franchiseurs. Il est particulièrement pertinent pour les industries pour qui la valeur vie client est un critère important, et qui, en général, ont un coût par acquisition plus élevé que la moyenne (exemples d’industries: Finance, Services Juridiques, Assurance…)

Il est généralement admis qu’une Franchise florissante n’offre pas seulement une marque, un produit ou un service solide. Le secret se trouve souvent dans les procédures opérationnelles standardisées qui aident les Franchisés à garantir en permanence les promesses de la marque et l’expérience utilisateur.

Ceci est également vrai concernant les actions marketing des Franchises. Avant l’arrivée d’Internet, le Franchiseur se concentrait sur le fait de créer de la notoriété à travers les médias de masse, alors que les franchisés pouvaient promouvoir leurs entreprises localement, en utilisant essentiellement le matériel marketing préparé par la maison mère. Si les secteurs étaient minutieusement définis, le risque d’avoir des Franchisés qui se fassent concurrence entre eux était peu probable.

Aujourd’hui, dans cette ère connectée, les pratiques marketing ont évoluées. N’importe quel franchisé peut développer son propre site internet, lancer des campagnes PPC (sur Google Adwords ou Bing) et  inscrire et promouvoir l’emplacement de son entreprise dans une multitude d’annuairses, dont Google My Business. Sans technologie, lignes directives et procédures fournies par le Franchiseur, le paysage du marketing digital d’une marque peut devenir un cauchemar, avec des efforts qui se chevauchent et qui rendent les investissements très inefficaces.

Le chaos du Marketing des Franchises

Pour illustrer ce scénario si courant que doit affronter le marketing des franchises, on prendra l’exemple d’une entreprise fictive appelée “Great Insurance”. Dans un monde idéal, avant internet, un client potentiel pourrait tout simplement appeler la maison mère pour avoir un devis ou aller directement dans le bureau du courtier proche de chez lui.

Grâce à Internet, les clients cherchent généralement en ligne “Assurance voiture” ou encore directement le nom de l’entreprise (dans notre cas “Great Insurance”).

Screenshot Google Great Insurance Dialekta

En théorie, tous les résultats d’indexation payante devraient permettre, pour les marques en concurrence essayant de surenchérir sur l’offre des autres, d’emporter le clic pointant vers leur site.

Le chaos apparaît quand plusieurs résultats viennent d’entreprises vendant le même service. Au lieu de payer quelques centimes pour chaque clic et ainsi se permettre d’apparaître dans toutes les recherches des clients potentiels, la concurrence interne s’installe, et seulement une petite partie des clients potentiels sont atteints. Dans un autre scénario, ces clients sont atteints mais pour un coût par clic bien plus élevé.

Voici à quoi le budget marketing pourrait ressembler si le Franchiseur et les Franchisés faisaient une enchère pour le nom de la marque de l’entreprise:

Scénario 1: Être en concurrence les uns avec les autres

franchisés en concurrence

Dans le scénario suivant, nous pouvons voir ce qui arrive si, en utilisant le même budget, seulement la maison mère enchérit sur le nom de la marque. Typiquement, cela redirigerait les visiteurs vers un site avec le nom de la marque dans l’URL (www.nommarque.com), et guarantirait un CPC beaucoup plus bas.

Scénario 2: Seule la maison mère enchérit sur le nom de la marque

Le scénario ci-dessus est clairement plus intéressant que le premier où il existe de la concurrence interne. Nous voyons que le même budget global a un impact beaucoup plus important. Mais est-ce le scénario idéal ?

Que se passe-t-il si on peut offrir aux franchisés la même possibilité d’enchérir sur le nom de la marque au même prix que la maison Mère ?

Ce résultat peut être obtenu si:
– Les clics sont redirigés vers une page spécifique pour chaque Franchisé, garantissant que leurs dollars dépensés en marketing le sont bien pour eux. Par exemple: www.nommarque.com/FranchiseA
– Les budgets sont gérés sur une plateforme marketing centralisé, donnant à chaque franchisé une occasion d’enchérir sur le nom de la marque.
– Tous les résultats sont à la disposition des propriétaires des Franchises; la transparence étant la clé pour les encourager à mettre leur budget en commun.

L’exemple ci-dessus illustre clairement qu’une Franchise est plus forte quand toutes les parties prenantes travaillent ensemble. Ceci est vrai pour les mots-clés “brand” ainsi que pour les mots-clés “broad” et “long tail”. Dans notre exemple, nous aurions:
– Assurance voiture
– Assurance maison
– Assurance camion New York
– …

La solution: Une plateforme marketing digitale unifiée

La seule façon de pouvoir centraliser les actions marketing digitales de tous les Franchisés est d’offrir une solution à la fois simple et puissante qui tienne les Franchisés informés de la façon dont leur budget marche pour EUX.

Les principales fonctionnalités sont:
– Un tableau de bord unifié sur le web: Avec des droits d’accès différents au niveau du Franchiseur, de la filiale (régionale) et des Franchisés
– Un centre de formation continue: pour tirer profit des meilleures pratiques et les partager
– Une procédure simplifiée qui correspond à la réalité et terminologie actuelles de l’entreprise
– Assistance: avec une section FAQ intégrée, un forum d’aide et une plateforme de communication en tête-à-tête

Résultats: à la fin de la journée, tout est une question de résultats: obtenir plus pour votre argent (plus de clics, de prospects ou de ventes) et prouver de meilleures performances par rapport à la concurrence.

Un des avantages supplémentaire d’avoir une Plateforme Marketing pour les Franchises complètement centralisée est la possibilité de gérer ses listing locaux comme “Google My Business”. Cela permet de:
– Mesurer les indicateurs clés de performance: click-to-call, navigation vers les magasins, commentaires…-
– Gérer et garantir la qualité des informations importantes:
-> Images du magasin
-> Horaires d’ouvertures
-> Gestion des usages (qui peut répondre aux commentaires, qui peut gérer les images et les horaires)
– Bénéficier de fonctionnalités de gestion puissantes:
-> Ajouter des points de vente
-> Editer des informations spécifiques (horaires d’ouverture, jours de Fêtes, photos)
-> Annuler les changements apportés en cas d’erreur

En résumé

Les Franchiseurs, par définition, ont la responsabilité de tirer profit des meilleures solutions et procédures pour garantir que leurs Franchisés sont les plus rentables.

Dans le monde connecté d’aujourd’hui, la technologie doit être au coeur de ces procédures, et en particulier pour organiser les actions marketing digitales.
En offrant aux Franchises une plateforme marketing centralisée, les Franchiseurs:
– Augmentent leur pouvoir concurrentiel, en réduisant la concurrence interne pour en faire profiter toutes les parties prenantes
– Réduisent les coûts opérationnels grâce à des procédures simplifiées
– Positionnent leurs marques comme innovantes
– Augmentent leur budget opérationnel en ayant plus de Franchisés qui acceptent de mettre en commun leurs budgets et actions dans une solution centralisée gérée par la maison Mère

Vous souhaitez savoir comment notre Plateforme Marketing pour les Franchises peut aider votre entreprise à être plus rentable et compétitive ? (link: /fr/contact-fr text: Envoyez-nous un message, nous serions ravis de vous aider !)

Photo ©restaurantremodeloc

 

franchise-marketing-platform-dialekta.jpg

Le secret pour rendre votre référencement local payant

On le sait aujourd’hui, avec l’avènement du support mobile, la recherche locale est de plus en plus importante.
Cette visibilité est d’ailleurs prédominante dans les résultats de recherche de Google au niveau du Knowledge Graph (KG), mais le référencement local concerne tous les outils d’annuaires locaux dont Facebook, les Pages Jaunes, Yelp, etc.

Comment gérer sa présence locale (citation building) au sein de ces différents annuaires pour rendre votre référencement optimal et payant ?

 

LES PROBLÉMATIQUES ASSOCIÉES À VOTRE RÉFÉRENCEMENT LOCAL

Bien gérer son référencement local ne veut pas seulement dire trouver vos magasins/points de vente dans les recherches localisées sur le web. Une bonne gestion de sa présence locale en ligne, c’est surtout contrôler les informations associées à vos localisations dans tous les annuaires locaux.

Ces informations sont parfois divergentes (adresse, numéro de téléphone, etc.) pour un même magasin, tout simplement parce que la gestion de ces différentes informations s’est faite par différentes personnes, à différents moments dans différents annuaires locaux.

Cette gestion a très bien pu être laissée au niveau des magasins d’une marque, et dans ce cas, sans aucune uniformisation et consignes dans sa présentation globale de marque.
Ex: 1 magasin Nike avec 2 appellations différentes : Nike Outlet / Nike Factory Marché Central

Ce point de vente Nike vous semble-t-il optimal pour les utilisateurs ?

nike1

Le résultat présenté dans Google ne propose aucun horaire ni numéro de téléphone. Il ne semble d’ailleurs pas avoir été créé par Nike, car il y a toujours le lien “Claim this business” qui permet de récupérer la main sur la gestion d’un point de vente.

Dans Facebook, ce même magasin Nike possède une autre adresse.

nike2

 

Ces 2 exemples nous ciblent bien le type de problématique que peuvent rencontrer les marques :

  • Volume de magasins : être capable de bien gérer l’information pour un grand volume.
  • Plateformes : posséder des informations uniformes sur toutes les annuaires locaux.
  • Doublons : s’assurer de ne pas avoir des doublons avec des informations contradictoires.
  • Franchises : savoir garder une gestion stratégique et uniforme.
  • Contrôle : garder le contrôle sur tous vos points de vente, pour être à même de mesurer efficacement leur bonne visibilité et leur ROI.

 

LES FACTEURS D’UN BON RÉFÉRENCEMENT LOCAL

Les plateformes d’annuaires locaux peuvent donc proposer des informations diverses pour présenter les magasins d’une même marque.

Mais quels sont les facteurs principaux d’un bon référencement local ?

  • Uniformisation : Proposer des informations uniformes pour toutes les plateformes.
  • Store locator : Avoir des pages optimisées SEO avec les mêmes données qui alimentent les plateformes locales.
  • Commentaires : Gérer vos avis clients et répondez aux avis rapidement.
  • Microdonnées : Intégrer les microdonnées aux pages locales de votre site.
  • Suivi : Gérer vos informations en proposent des accès personnalisés.

QUEL EST LE SECRET POUR GÉRER VOTRE  PRÉSENCE LOCALE ?

Posséder plusieurs comptes associés aux plateformes d’annuaires peut vite devenir fastidieux. Utiliser un outil de gestion est la meilleure solution pour gérer l’ensemble des informations qui alimentent vos plateformes locales et les pages de votre Store Locator.

 

Les bénéfices d’un outil de gestion local :

  • Trafic : Assurer une visibilité locale et un trafic additionnel.
  • Conversion : Augmenter vos conversions en effectuant des mesures poussée par magasin.
  • Simplicité de gestion : Gérer plus facilement vos localisations sur le web.
  • Contrôle : Rester propriétaire de vos données.
  • Satisfaction client : Entretenir une relation de qualité avec vos clients, en répondant à vos avis

 

S’assurer que l’on garde le contrôle sur son travail d’optimisation et ses données est primordial. Certaines plateformes offrent une gestion de ses localisations, mais ne permettent pas de conserver ce qui a été fait lorsque l’on souhaite les quitter et reprendre la main sur sa gestion.

Lassés de constater que de nombreux concurrents prennent en otage leurs clients, nous avons décidé de développer notre propre plateforme. Secret Local est une plateforme de gestion de votre présence locale, qui vous offre une gestion unifiée et automatisée de toutes vos données dans une seule interface. A la différence des autres outils qui existent sur le marché, les informations soumises à partir de la plateforme Secret Local resteront en ligne même à la fin de votre contrat.

ipadv3

 

Il est essentiel de bien gérer les informations locales associés à l’ensemble de vos points de vente tout en étant assuré que votre travail restera dans la durée. Secret Local est la plateforme qui va vous permettre cela en toute simplicité.

 

seo-local.jpg

LES 5 RÈGLES POUR CHOISIR DES KPIS PERFORMANTS

Les données ne manquent pas pour mesurer la performance d’une entreprise. Avec cette abondance d’informations, on peut parfois se sentir submergé. Il est donc primordial de définir les bons indicateurs (KPIs) afin de prendre des décisions éclairées. Mais comment choisir un indicateur de performance pertinent?

 

BIEN DÉFINIR SES OBJECTIFS

Les indicateurs que vous choisissez dépendent de votre entreprise, votre secteur, vos objectifs, votre vision, et doivent permettre de mesurer les progrès réalisés ou à réaliser pour atteindre un objectif stratégique. Le choix des KPIs doit être déterminé par des objectifs corporatifs clairement définis. Par exemple, un KPI peut être lié à un objectif de croissance du chiffre d’affaires ou à une augmentation du nombre de clients.

 

LES 5 RÈGLES D’OR

Voici les facteurs indispensables lors du choix d’un KPI :

 

  • Quantifiable: on doit être capable de mesurer avec précision ses indicateurs.
  • Actionnable: un indicateur clé doit permettre aux décideurs d’engager des actions.
  • Simple: un bon indicateur doit être simple à construire et à comprendre.
  • Fiable: le décideur doit avoir confiance dans les indicateurs qui lui sont fournis.
  • Contrôlable: l’indicateur doit mettre en valeur une performance que l’entreprise a les moyens d’améliorer (par exemple, le taux de change peut être un facteur important pour la performance de votre entreprise, mais comme vous n’avez pas de contrôle direct sur lui, ce n’est pas un KPI).

 

Commencez par choisir trois objectifs prioritaires et sélectionnez ensuite au maximum 3 KPIs pour chaque objectif. Il suffit parfois d’un seul KPI pour mesurer un objectif. Cependant, si vous pensez que vous avez besoin de 5 ou 6 indicateurs, il est fort probable que votre objectif ne soit pas bien défini.

Image tableau de bord

 

QUELS BÉNÉFICES POUR VOTRE ENTREPRISE?

Choisir des KPIs pertinents améliore la productivité et la rentabilité de votre entreprise de plusieurs manières. Par exemple:

 

  • Vous prendrez des décisions objectives: les KPIs fournissent des données précises sur la performance qui vous permettront de prendre des décisions basées sur des faits.
  • Vos employés seront plus impliqués: les employés qui ont une idée claire de ce qu’on attend d’eux et qui ont des feedbacks régulier sur leurs efforts sont plus performants.
  • Vous identifierez en un coup d’oeil des problèmes potentiels et des opportunités.

 

COMMENT EXPLOITER SES KPIs?

Il est essentiel de regrouper vos KPIs sur une seule plateforme pour obtenir en temps réel une synthèse rapide et précise de la performance de son entreprise. Un tableau de bord est donc l’outil idéal pour exploiter ses KPIs (voir notre article “Osez reprendre le contrôle de votre entreprise”).

 

  • Réactivité: les KPIs sont mis à jour en temps réels.
  • Automaticité: les données sont intégrées sans saisie manuelle.
  • Possibilité de zoomer sur un indicateur qui vous étonne pour l’analyser en détail.
  • Collaboration efficace à l’aide d’annotations et de commentaires.

 

Si vous souhaitez identifier les KPIs les plus pertinents pour votre entreprise et en savoir plus sur notre tableau de bord personnalisable selon vos besoins, réservez dès maintenant une démonstration gratuite avec un de nos experts.

 

pexels-photo-1-1-e1470940507796.jpg

Osez reprendre le contrôle: Tableau de Bord Corporatif

Cet article s’adresse aux dirigeants d’entreprises (CEO, CMO, COO…) qui se sentent parfois dépassés par le volume d’information qui leur est communiqué. Il s’adresse aussi à toutes celles et ceux qui aimeraient avoir un tableau de bord simple pour partager la performance de leur travail à la haute direction.

Si vous souhaitez vraiment comprendre les chiffres qui vous sont présentés et reprendre le contrôle de votre entreprise, vous êtes à la bonne place

Trop d’information tue l’information

On vit dans une ère exceptionnelle avec une promesse à 2 tranchants: « On peut TOUT mesurer ! »

Si aujourd’hui on est capable de mettre en place une stratégie multicanal avec des rapports ultra-détaillés sur une multitude de KPI, on analyse encore trop souvent ces résultats en silo en perdant de vue les vrais objectifs d’affaires.

Soyons clairs, quand on parle d’objectifs d’affaires, c’est :

– Accroître le nombre de clients de X% pour l’année fiscale en cours
– Accroître la part de marché d’Y% pour l’année fiscale en cours
– Vendre Z unités ou $ par mois

Ce sont là des objectifs compris par tous les joueurs au sein de votre compagnie, spécialement la haute direction.

À ne pas confondre avec des objectifs opérationnels ou marketing :

– Convertir X leads qualifiés par mois
– Avoir Y nouveaux likes d’ici une date fixée
– Avoir Z nouveaux téléchargements lors de la campagne Back-to-School
– Répondre aux appels en moins de 3 minutes

Ces données sont importantes, mais secondaires. Quand les équipes marketing, comptable et opérationnelle présentent à la direction leurs résultats indépendamment les unes des autres,  ça crée un écran de fumée de surinformation, souvent contradictoire.

Par exemple: Nos campagnes numériques ont des résultats extraordinaires, mais nos ventes ont chuté de 20%.

Pire encore, plusieurs « spécialistes » en marketing numérique sont de vrais pros pour semer la confusion. Si je vous disais qu’en 2016, on retrouve encore des rapports de campagnes avec des observations à faire pleurer, par exemple:

« Nous avons dépassé notre objectif de notoriété vu que nous avons livré 20% plus d’impressions que prévu. »

Sans blague, des agences facturent des honoraires pour véhiculer ce genre d’analyse. Est-ce que ces scénarios vous sont familiers ?

Tableau de bord corporatif

Voici un exemple de Tableau de bord qui permet de voir en un coup d’oeil les performances d’affaires en temps réels:

Tableau de bord collaboratif pour visualiser les objectifs d'affaires

Tableau de bord corporatif pour visualiser les objectifs d’affaires

Il est important de noter qu’une telle visualisation de la performance d’entreprise implique de connecter une multitude de sources de données. Par exemple:

– Média: Adwords, Facebook, Serveur publicitaire, Twitter…
– Analytiques: Quel que soit le fournisseur retenu (Google Analytics, Omniture)
– Données propres à l’entreprise: Nombre d’appels (leads téléphoniques) au centre d’appel, résultats de sondages web (Net promoter score), logiciel comptable, Salesforce, CRM, ERP…

Pour qu’un Tableau de bord soit efficace, il doit respecter quelques principes essentiels:

– Accessible en tout temps (on recommande de fixer un écran géant dans un endroit stratégique de votre entreprise pour que ce soit visible 24h/7j)

– Fonctionnalité « Drill-Down« , ainsi on peut présenter les informations macro en première page, mais on peut creuser pour avoir plus de détails en quelques clics.

– Collaboratif: Si on remarque qu’un KPI chute, il faut être en mesure en 1 clic de poser une question à la personne clé qui doit expliquer et éventuellement remédier à la situation. Il est important que cette fonctionnalité soit intégrée dans le Tableau de bord pour ne pas dépendre sur l’envoi de courriel ou tout autre système parallèle pour questionner des résultats.

– Axé sur l’action: C’est un outil d’aide à la décision avant tout, si une information est intéressante, mais non essentielle pour prendre des mesures concrètes qui auront un impact sur le succès de l’entreprise, elle n’a pas sa place dans ce rapport. Surtout pas en première page.

– Automatisé: Si une personne dans votre organisation est encore en train d’extraire des données de vos plateformes (publicitaire, analytique, comptable…) manuellement, on la plaint. Non seulement elle risque de faire des erreurs, mais elle alloue son temps (et votre argent) à une tâche qui n’a pas de valeur ajoutée. Automatisez cette tâche et allouez plus de ressources à interpréter les résultats plutôt.

– Fréquence des mises à jour: Idéalement en temps réel, bien que souvent une mise à jour la veille à minuit suffit pour de nombreuses organisations.

L’impact d’un tableau de bord corporatif

brainstorm

 

Afficher vos performances d’affaires en temps réel vous permet de garder le focus sur ce qui compte vraiment pour votre organisation. Si votre objectif principal est de générer des ventes, les performances de vos ventes devraient être au coeur de toutes les analyses qui vous sont présentées, que ce soit de l’équipe comptable, marketing ou opérationnelle.

C’est ainsi qu’il vous sera possible de faire des constats du genre:

– Observations: On a remarqué une chute des ventes de 10%, alors que le volume de leads web a augmenté de 5%.
– Analyse: Une analyse rapide nous a permis de voir que les leads étaient générés après les heures de fermeture du centre d’appel.
– Recommandation: Une allocation plus importante du budget lors des heures d’opération du centre d’appel en plus de la mise en place d’un formulaire de demande de rappel en dehors de ces heures devrait permettre de corriger le tir et d’accroître les ventes.

 

En perdant de vue vos objectifs d’affaires, il est très difficile de déceler le genre de contexte décrits ci-haut, pourtant si commun.

Si vous aimeriez savoir comment un Tableau de Bord collaboratif peut vous aider à reprendre le contrôle de votre entreprise ou vous aider à mieux communiquer auprès de vos supérieurs, il nous fera plaisir de vous faire une démonstration de notre approche.






 

wideroe-dash8-cockpit-e1468252766175.jpg

La vie après les cookies

 

Internet et le E-commerce ont révolutionné la façon de faire de la publicité notamment grâce à la possibilité de calculer le ROI avec une précision inégalée. On peut maintenant savoir, en temps réel, quelle campagne performe le mieux et ainsi réattribuer son budget pour optimiser la performance. La notion de budget est d’ailleurs remise en question puisqu’un ROI positif permet, théoriquement, un budget publicitaire illimité.

 

Cependant, après la lune de miel, les publicitaires comme les annonceurs ont commencé à voir les limites du système. Ça a commencé avec l’impossibilité de faire le lien entre publicité digitale et conversions dans les magasins physiques ou vice versa. Avec le développement des téléphones intelligents et tablettes, la grande question est maintenant celle du suivi des conversions entre les différents appareils : le « cross device attribution ».

 

Aujourd’hui, on se sert principalement des cookies pour suivre un utilisateur. Ceci dit, ils sont incapables de reconnaître la même personne sur mobile puis sur ordinateur alors que plus de 40% des achats commencent sur un appareil et se terminent sur un autre (Erik Johnson, managing director of Atlas).

 

De nombreuses grandes compagnies e-commerce tentent de monter leurs propres modèles d’attribution prédictifs à partir d’études et d’estimés mais elles perdent beaucoup de précision. C’est ce qu’on appelle du “probabilistic matching”.

La solution la plus fiable est celle d’un login universel. Un compte avec lequel chaque utilisateur serait connecté sur chacun de ses appareils. On parle ici de “deterministic matching” et à ce petit jeu, tous les gros acteurs sortent les dents :

 

Google avec le login Gmail

Microsoft avec les comptes hotmail (Msn, Outlook, Skype, Xbox…)

Verizon avec AOL

Facebook avec Atlas

LinkedIn grâce à LND et LLA

 

De telles solutions permettent déjà de reconnaitre un utilisateur sur ses différents appareils et ainsi de connaitre son parcours d’achat et l’influence des médias sur chaque plateforme mais aussi de lui servir des publicités en fonction de celles qu’il a déjà vu, tout au long de la journée. Bref, d’aller bien au delà de ce qu’offrent les cookies.
Pour l’instant ce genre de solutions ne sont disponibles que pour un nombre restreint de gros annonceurs, mais les possibilités sont infinies ! Vous voulez voir un exemple de ce que ça peut donner ? C’est ici.

 

cookies-are-dead.jpg