Comment optimiser un article de blog

Qu’on se le dise, s’il y a bien un sujet qui arrive à attiser les passions c’est bien la question de mettre en place un blog. Tout le monde s’accorde sur son importance, mais peu d’élus savent comment dompter et nourrir ce monstre à deux têtes afin qu’il puisse générer à long terme les résultats qu’on attend de lui.
Clairement, en tant qu’expert SEO, nous avons le bon rôle. On explique sous toutes les coutures à nos clients qu’un blog devient un levier des plus intéressants pour améliorer le référencement de leur site, car il permet d’attirer des liens entrants. Et qui dit liens entrants, dit perspectives de trafic naturel, de notoriété et de valorisation de l’ensemble du site auprès des moteurs de recherche.
Pourtant nombreux sont les clients qui viennent nous voir pour « optimiser leur blog » en nous disant d’entrée de jeux « Ça ne rapporte rien ! », « J’ai pourtant pluggé mes mots-clés dans mon dernier article que j’ai écrit il y a deux mois » et j’en passe des vertes et des pas mûres. Autant de symptômes qui me rappellent que pour générer des contenus de qualités et ensuite les rendre plus performants en les optimisant pour les moteurs de recherche, certaines règles de bases ont prises le bord en cours de processus. Afin de vous aider, voici les points qui seront abordés:
1. Avoir un excellent auteur
2. Parler d’un sujet qui vous inspire
3. Analyser la concurrence
4. Créer de la valeur pour vos lecteurs
5. Choisir les mots-clés
6. Utiliser la longue traîne
7. Trouver un titre accrocheur
8. Créer l’appel à l’action
9. Optimiser les images
10. Construire le maillage interne

Avoir un excellent auteur

Ce premier point peut paraître étrange tellement il semble couler de source ! Prenons 200 caractères avec espaces pour nous rappeler ce qu’est un auteur. Un auteur, c’est une vraie plume, une personne qui a un point de vue sur le monde dans lequel il baigne, une personne structurée qui selon les enjeux arrive à structurer sa pensée à travers des textes riches et enrichissants. Reconnaissez-vous l’auteur qui travaille pour vous ? Poser la question, c’est déjà y répondre.  
Être un auteur, c’est une job à part entière. Pas une casquette que l’on met deux heures entre deux réunions. Écrire, ça prend du temps, de la recherche et surtout une méchante dose de curiosité. La qualité du travail d’auteur prime sur la quantité, la profondeur est plus importante que la nécessité de se prononcer à la hâte, ne l’oubliez pas. Enfin si vous avez cette perle rare à l’interne, n’oubliez pas de lui laisser une certaine liberté. Ce n’est pas un publicitaire que l’on brief à la hâte parce qu’on a une campagne et que « ce serait donc ben parfait si on écrivait un article ». Non, un auteur, c’est quelqu’un qui sait ce qui s’en vient et qui vous propose d’écrire sur tel ou tel sujet. Comme un rédacteur en chef dans une salle de presse, vous pouvez orienter les sujets qu’il souhaite traiter, mais laissez-le par pitié être inspiré. Un auteur qui écrit sur quelque chose qui ne l’inspire pas ne créera rien de bon.

Parler d’un sujet qui vous inspire. Pas juste de vos nouveaux locaux.

Autre mythe que je souhaite abattre aujourd’hui (et qui paralyse beaucoup de personnes ayant un potentiel d’auteur comme vous peut-être) : pas besoin d’être un expert pour parler de quelque chose. Parlez plutôt de ce qui vous inspire, vous anime et passionne. Mettre le doigt là-dessus prend du temps, de la recherche et une petite dose de travail d’introspection. Mais une fois le sujet révélé au grand jour, vous tenez le citron qu’il vous suffira de presser pour générer des contenus de qualité.

Je vous vois déjà froncer les sourcils. Des questions comme « qu’est-ce qui m’inspire ? » ou « Oupelei, il y a tellement de choses qui m’inspirent, par où commencer ? » se bousculent dans votre cerveau de lecteur attentif. Pas de panique ! Voici quelques questions que vous pouvez vous poser pour mettre le doigt dessus :

1. Qu’est-ce qui vous passionne dans le métier que vous exercez ? Ou encore qu’est-ce qui vous donne envie d’aller au boulot tous les matins en sifflant et sautillant ?

2. Quel est le quotidien de votre industrie ? Ses enjeux, ses batailles, ses victoires ? Comment y participez-vous ? Vous avez bien lu, on ne parle pas de votre compagnie, mais bien de votre industrie !  

3. Lorsque vous lisez un article dont le sujet vous passionne, qu’est-ce que vous aimeriez y ajouter si vous le pouviez ? Pourquoi ce point de vue et cette approche vous interpellent ?
Interrogez-vous également sur ce que vous écrivez actuellement (si vous avez déjà un blog bien sûr). Si vous écrivez des articles généralistes, vous risquez d’attirer peu de monde. Si par contre vous faites part de votre expérience, même en parlant du développement de votre compagnie, de vos produits, vous avez de fortes chances d’être attrayant. N’oubliez pas que les lecteurs de blogs veulent de l’authentique, un point de vue, du vécu. Du contexte, mais surtout du pourquoi !

Analyser la concurrence

Attention point délicat. Vous vous dites sûrement que pour que votre blog soit performant, il vous suffit d’aller voir le blog de votre concurrent direct, ce blog si beau et bien fourni, et de vous en inspirer pour être tout aussi performant. Grave erreur.

Ce blog si beau et bien fourni propose-t-il de la qualité ou de la quantité ? Au-delà de cet aspect, l’erreur consiste surtout à se pencher sur quelqu’un de votre industrie plutôt que de vous pencher sur quelqu’un qui parle des mêmes sujets que vous (vous vous souvenez l’inspiration vue plus haut ? On est pile dedans)

Votre véritable concurrence réside plus dans les blogs qui parlent des sujets qui vous inspirent ! Ou si vous préférez lui donner un nom savant, votre concurrence indirecte ou thématique. Les analyser va vous permettre d’étudier les liens entrants de ces articles et donc de déterminer ce qui fonctionne bien et ce qui fonctionne moins bien. De ce petit exercice, vous serez en mesure de prioriser la création de contenu de valeur (on y reviendra plus loin).

Avec l’analyse de vos concurrents thématiques, vous serez en mesure de déterminer les catégories et les sujets qui créent de l’engagement et donc d’orienter votre ligne éditoriale vers des sujets porteurs, dans des thèmes qui vous inspirent.

Créer de la valeur pour le lecteur

Autant être clair tout de suite, vous ne serez pas lu ni aimé par tout le monde. Ce n’est pas le but du blog. Le but, c’est de créer une base de lecteurs fidèles et pour y arriver, il faut parler « vrai ». Encore une fois, c’est le point de vue d’une personne plutôt qu’un mantra de compagnie qui donnera envie aux internautes de vous lire et de revenir vous lire. N’hésitez pas à utiliser le « JE » ô combien si peu professionnel pour certains, plutôt que le « NOUS ». En effet, que recherchent les lecteurs de blog ? Ils veulent prendre plaisir à lire une expérience, un point de vue qui les amène ailleurs ou qui les pousse à réfléchir.

Gardez en tête que si un article a une valeur pour vos lecteurs, il en aura pour les moteurs de recherche.

Choisir les mots-clés

Prenons pour acquis que vous avez mis le doigt sur ce qui vous passionne, vous vous assumez en tant qu’auteur, vous avez fait vos devoirs en analysant votre concurrence thématique et vous savez exactement sur quel sujet vous souhaitez vous prononcer. Mais suite à une recherche de mots-clés autour des sujets que vous souhaitez traiter, des mots-clés à favoriser plus que d’autres sont venus brouiller vos cartes, tuer votre inspiration, vous rappeler que vous avez des objectifs marketing à rejoindre, des comptes à rendre à votre boss et j’en passe.

STOP. Pas de panique, on respire par le nez, ça va bien aller, c’est normal.

Rappelez-vous que ce qui compte dorénavant pour nos chers robots qui viennent scroller vos articles ou votre site, c’est le contenu (on parlera plus tard de l’importance de la popularité et de l’importance des optimisations techniques, je ne veux pas vous mêler).

Soit, comme pour chaque recherche de mots-clés, le but ici est de trouver le bon équilibre entre des mots-clés qui sont recherchés par les internautes (plus le score est haut mieux c’est) et le nombre de résultats renvoyés pour lesdits mots-clés dans les moteurs de recherche (et bien entendu, plus c’est bas mieux c’est). Des outils en ligne vous permettent de faire ces recherches.

Une fois que vous avez vos mots-clés, le but n’est pas de tous les placer dans votre article pour être sûr d’être positionné ou de répéter inlassablement votre mot-clé le plus fort. Ne gavez pas les robots d’indexation, ça ne servira à rien. Le but est de choisir les plus pertinents pour valoriser votre article. Il faut démontrer aux robots que votre article à une vraie valeur sur le sujet traité et qu’il répond aux demandes des internautes.

Point.

Placez donc vos mots-clés dans :

- Votre titre – le fameux H1 qui va permettre d’identifier le sujet de votre contenu
- Votre article
- L’URL
- Les balises Meta (Title et Meta description) de la page de l’article (et tant qu’à être dans votre CMS, n’oubliez pas d’écrire vos textes de partage de l’article pour les médias sociaux. Tant qu’à y être ☺

Utiliser la longue traîne

Enchaînement parfait des points puisque vous l’aurez remarqué, les demandes des internautes ont évolué. Eh oui, vous, moi, nous n’hésitons plus à taper des questions dans les barres de recherche des moteurs et nous parlons même à nos amis robots via nos ordinateurs ou nos téléphones pour leur demander quelque chose.

Ce qui fait que nos requêtes sont de plus en plus ciblées, de plus en plus pointues et qu’il faut bien que les moteurs de recherche y répondent puisqu’ils nous ont déclaré en être capables.
 
C’est là qu’intervient la longue traîne. La longue traîne ce sont ces expressions qui n’auront pas l’air d’être très « fortes » quand vous ferez votre recherche de mots-clés, car elles sont trop précises, dans la thématique, mais pas dans le sujet, et que vous jugerez peut-être inutiles. Or ces expressions peuvent vous amener un trafic ayant un réel intérêt pour votre contenu. En effet ce trafic, moins important que pour vos mots-clés pertinents, sera celui qui sera le plus engagé dans la lecture. Des lecteurs de qualité ! Et imaginez que ces lecteurs aient un blog et qu’ils décident de faire un lien vers votre article ? Vous voyez la suite ?
 
Trucs de pro :
 
On aime tout particulièrement retrouver des expressions longues traînes dans les H2, H3, etc. Ce sont ces fameux intertitres qui viennent ponctuer et structurer le flot de votre article. Les robots en raffolent.
Je me sers souvent des requêtes longues traînes pour bâtir la structure de mon article afin de garder un fil rouge lorsque j’écris.

Trouver un titre accrocheur

À l’université, un de mes professeurs disait qu’un bon titre, c’est un titre original et un peu décalé qui donne envie de lire. J’ajouterai qu’y insérer un bon mot-clé reflétant le sujet que vous traitez est encore plus payant !
 
Prenons un exemple simple. Si je vous propose un article qui se nomme « Nos locaux s’agrandissent » et un autre qui s’intitule « Les 10 avantages sociaux que j’ai retirés en me perdant dans nos nouveaux locaux ! ; sur lequel des deux titres avez-vous envie de cliquer ?
 
Alors, soyez imaginatif, sortez des sentiers battus et trop connus de la communication professionnelle. Faites-vous plaisir et donnez envie à vos lecteurs de cliquer sur ce merveilleux article que vous venez d’écrire.

Créer l’appel à l’action

Pour ce point, permettez-moi une comparaison. Quand, à Noël, vous allez voir le dernier Star Wars (désolé pour ceux qui ne sont pas fans, pensez à votre saga préférée), en sortant que souhaitez-vous ? Connaître la suite, ou découvrir un peu plus cet endroit secret que les héros ont traversé furtivement ? Avec ces questions, les scénaristes et par extension les producteurs ont réussi leur pari. Ils vous appellent à l’action. Il vous donne envie de revenir voir la suite ou de vous procurer ce livre qui parle de cet endroit secret.
 
Pour un blog c’est le même principe. Il faut donner envie à vos lecteurs d’aller plus loin. Et par chance, votre lecteur n’a pas besoin d’attendre un an ou de débourser de l’argent pour cela. Il suffit que vous lui en donniez l’occasion grâce à des petits plus : une inscription à l’infolettre pour obtenir un livre blanc, le téléchargement d’un PDF (vous savez la fameuse étude dont vous avez parlé dans l’article).
 
N’hésitez pas à proposer des plus à vos lecteurs. Cela fidélisera votre auditoire et vos lecteurs se sentiront gratifiés par ces éléments supplémentaires que vous leur proposerez.

Optimiser les images

Alt : « img_042 ». L’image correspondante est magnifique je vous assure, mais que ce soit pour les personnes avec des problèmes de vues ou les moteurs de recherche, cette image est « img_042 ». Rien de plus. C’est triste n’est-ce pas ? Surtout après tout le temps que vous avez mis pour trouver cette image parfaite pour appuyer votre article.
 
De plus en plus de gens passent par la recherche universelle, c’est-à-dire la recherche par l’image ou les vidéos. Optimiser les médias que vous proposez c’est augmenter vos chances d’être trouvé par les moteurs de recherche et donc par les utilisateurs.
 
Autre point important concernant les images. Optimisez leur poids. Rappelez-vous que le temps de chargement d’une page est pris en compte dans les algorithmes des moteurs de recherche. Il serait dommage que votre brillant article soit positionné en 23e position simplement parce que les images que vous avez utilisées sont trop volumineuses.
 
Enfin, pensez également au partage social. Eh oui ! Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais quand vous partagez quelque chose via les options disponibles, il y a toujours une petite image accompagnant la boîte de texte dans laquelle vous pouvez écrire quelque chose. Cette photo accompagnera la publication sur le réseau social choisi par l’utilisateur donc autant faire le meilleur effet en proposant une image attrayante pour le partage. Et pour faire encore plus sur les réseaux sociaux, ajoutez une belle description à votre image !
 
Truc de pro :
 
- quand vous écrivez vos « alt », utilisez 3, 4 mots-clés MAX en relation avec l’article. Toujours les écrire en minuscule, pas d’accent ou caractères spéciaux, le tout séparé par des tirets sans espace! -> mots -minuscule-tirets-collés

Construire le maillage interne

Le but d’un blog reste bien entendu de transformer vos lecteurs en visiteurs sur votre site. Et vous l’aurez compris, pour y arriver, il faut aider votre lecteur. C’est là qu’entrent en jeu les liens.
 
Tout le monde sait ce qu’est un lien : il permet par un simple clique de se rendre vers une autre page du site (lien interne) ou vers un autre site (lien externe). Ce qu’on sait moins, c’est la densité de liens à placer dans votre article et surtout l’optimisation des liens (certainement le point le moins connu)

En termes de densité de liens à placer, idéalement il faut ajouter deux ou trois liens vers les produits ou sections dont vous parlez ou que vous évoquez dans votre article. Le lecteur n’a pas l’impression d’être devant Wikipedia et il aura la possibilité d’approfondir vos dires sans être poussé à aller voir ailleurs (il faut qu’il finisse de lire quand même !). N’hésitez pas à placer deux à trois liens vers des sites externes qui approfondissent ou complètent votre sujet. C’est la clé du fameux « linkbuilding », le principe du donnant-donnant : je fais un lien vers toi, tu fais un lien vers moi et ensemble, on s’aide et on gagne en notoriété. BIM!
 
Ajouter des liens, c’est bien. Mais c’est encore mieux si c’est bien fait. Exemple. Un article de blog propose le lien suivant :
 
« C’est la force de nos nouveaux aspirateurs sans sac que vous pouvez découvrir ici. »
 
Un autre blog d’un site d’aspirateurs propose le lien suivant :
 
« C’est ça la puissance de nos nouveaux aspirateurs sans sac. »
 
À votre avis lequel des deux liens est le mieux optimisé pour le référencement ? Vous avez dit le deuxième ? Bravo c’est gagné !
 
En effet, le second lien utilise un terme précis : « aspirateurs sans sac » plutôt qu’un banal « ici ». Il y a fort à parier que si l’utilisateur clique sur le lien « aspirateurs sans sac » il va arriver à la section des aspirateurs sans sac. Vous allez me dire que c’est pareil avec « ici ». Vous aurez raison, mais pour le moteur de recherche « ici » ça n’a pas grand chose à voir avec la section « aspirateurs sans sac ».
 
Le but des liens optimisés c’est de montrer que vous avez pensez aux moindres détails pour être efficaces dans votre référencement et dans votre acquisition de notoriété. Un « ici » ne vous aidera pas, un terme approprié et bien utilisé le sera bien plus. Montrez que vous êtes pertinents dans ce que vous proposez et le maillage interne en fait partie !
 
Un petit dernier pour la route
 
Ne tombez pas dans la surenchère spécialisée et faussement experte. Un blog c’est avant tout une « voix » alors parlez de ce qui vous passionne, mettez-y du coeur, de l’envie et du travail et le SEO suivra (c’est obligatoire étant donné que vous voudrez faire entendre votre voix, non ?)